Votez Bernie Sanders, et la police n’aura plus le droit d’utiliser la reconnaissance faciale

Bernie Sanders, candidat indépendant à l’élection présidentielle américaine prévoit l’interdiction totale de l’utilisation de la reconnaissance faciale par la police. Il s’agit d’un point parmi tant d’autres de son plan de réforme de la justice pénale.

Le plan comprend également la fin des programmes fournissant du matériel militaire à la police locale ainsi que la mise en place de normes fédérales pour l’utilisation de caméra corporelle.

Crédits Pïxabay

Pour gagner la course à la Maison Blanche, le sénateur du Vermont souhaite mettre fin à l’utilisation de cette technologie qui fait polémique depuis des mois.

Des actions contre l’utilisation de la reconnaissance faciale

Plusieurs candidats à la présidence ont déjà exprimé leur réticence face au système de reconnaissance faciale. Cependant, Sanders est le premier à annoncer ouvertement un appel au bannissement de son utilisation pour traquer les criminels.

S’il est élu, Sanders s’engage particulièrement à « interdire l’utilisation d’un logiciel de reconnaissance faciale pour le maintien de l’ordre » selon ses promesses.

L’an dernier, certains sénateurs sous la direction des démocrates : Kamala Harris de Californie et Cory Brooker du New Jersey ont adressé une lettre dans ce sens à la Federal Trade Commission. Ils y ont expliqué leurs inquiétudes concernant les biais raciaux dans les algorithmes de reconnaissance faciale.

Le système de reconnaissance faciale est utilisé dans de nombreux domaines aux États-Unis notamment aux frontières. Raison pour laquelle le gouvernement fédéral ne s’aventure pas à cet exercice d’interdiction.

La reconnaissance faciale : une technologie controversée

La reconnaissance faciale a récemment fait l’objet d’examens minutieux entre autres par l’université de Georgetown Law. L’étude a révélé plusieurs failles dans l’utilisation de cette technologie par la police. C’est notamment le cas du New York Police Department qui avait parfois modifié les images avant de les introduire dans son système.

Plusieurs villes américaines ont déjà voté l’interdiction de l’utilisation de la reconnaissance faciale par les municipalités. San Francisco et Somerville ont été les premières, suivies ensuite par la ville d’Oakland en juillet dernier.

La technologie de reconnaissance faciale est bien appréciée lorsqu’il s’agit d’identifier un ami sur Facebook. En revanche, quand on parle de surveillance, l’opinion publique est immédiatement alertée par cette forme d’intrusion à la vie privée.

Après tout, les services de la police ont toujours les caméras de surveillance privée pour les aider dans leurs enquêtes.