Votre personnalité révélée par votre amour des chats ou des chiens

Nous sommes nombreux à avoir des animaux de compagnie. Les chats et les chiens restent certainement les plus populaires d’entre eux. En 2014, Mikel Delgado, une chercheuse de l’UC Davis, a publié une étude qui suggère que votre préférence pour l’un de ces deux animaux pourrait en dire long sur votre personnalité.

Ses travaux se basent sur le Big Five. Également appelé « modèle OCEAN », le Big Five part du principe que notre personnalité est régie par 5 grands traits de caractère. On citera l’ouverture à l’expérience, la conscience, l’extraversion, l’amabilité et la névrose.

Un chat à la fenêtre
Crédits James-Sutton sur Unsplash

Dans le cadre de son étude, Mikel Delgado a réalisé une enquête qui lui a permis d’identifier les traits de caractère qui, selon elle, sont propres aux personnes à chats ou à chiens.

A lire aussi : Mais que fait votre chat quand vous ne le regardez pas ?

Plutôt sensible ou extravertie ?

Pour les besoins de son enquête, Mikel Delgado a interrogé des personnes possédant des chats ou des chiens. En analysant leurs réponses, elle leur a trouvé deux traits de caractère bien distincts. D’après elle, les individus qui préfèrent les chats auraient tendance à être plus ouverts et plus névrosés.

Les personnes ayant une préférence pour les chiens seraient, quant à elles, plus extraverties et agréables. De précédentes recherches suggèrent également que les personnes préférant les chiens sont plus dominantes dans les interactions sociales. Elles seraient également plus narcissiques.

A lire aussi : Covid-19 : les chats plus exposés que les chiens

Des résultats à prendre avec des pincettes

Toutefois, comme le souligne Mikel Delgado, cette étude n’est pas parfaite.

« La plupart d’entre nous faisons ces recherches avec un budget limité », explique-t-elle.

D’autre part, les enquêtes de ce genre sont normalement réalisées sur des populations équilibrées qui sont payées pour leur participation. Cependant, dans le cas de cette étude, les participants font partie d’un certain groupe démographique.

« Ils ont aussi probablement un niveau d’attachement plus élevé envers leur animal de compagnie que le propriétaire moyen », souligne Mikel Delgado.

Selon elle, les personnes qui ont participé à son enquête sont majoritairement des femmes. Elles représentaient entre 85 et 90% des personnes interrogées. Qui plus est, elles étaient pour la plupart caucasiennes et vivaient aux Etats-Unis.

Cela signifie que les résultats de cette étude pourraient ne concerner qu’une population spécifique. Ils sont donc à prendre avec des pincettes.