Votre voiture autonome n’est pas plus intelligente qu’un enfant de 7 mois (mais elle conduit mieux)

Le 4 septembre, le magazine britannique The Economist a révélé une information assez surprenante. En effet, il a révélé que les voitures autonomes ne sont pas plus intelligentes que les enfants de 7 mois. La raison en est qu’à la différence des enfants, ces véhicules n’intègreraient pas la notion de permanence des objets.

Comme vous vous en doutez probablement, de nombreux constructeurs automobiles se sont lancés dans le domaine de la conduite autonome. Mais bien que certains aient déjà réussi à faire atteindre un certain niveau d’autonomie à leurs véhicules, peu de constructeurs osent encore les lancer sur l’autoroute.

Un enfant se cachant le visage entre les mains
Crédits Pixabay

Malgré tout, parmi les constructeurs les plus populaires et les plus suivis du milieu, Tesla a déjà promis une voiture 100% autonome sans volant ni pédale d’ici 2023.

A lire aussi : Un YouTubeur a échangé une Tesla Roadster contre un NFT

L’IA et l’enfant de 7 mois ont une conception différente de la réalité

En réalité, la conduite autonome suscite encore beaucoup de doutes et de scepticisme chez la majorité des personnes. The Economist a exprimé cela en déclarant que malgré les progrès observés, les voitures autonomes ne savent pas encore comment appréhender l’environnement et, par conséquent, comment anticiper le comportement humain.

L’article prend pour exemple qu’ « un enfant de 7 mois à qui on confisque un jouet est capable de comprendre que le jouet existe toujours ». Pourtant, ce n’est pas le cas pour une voiture autonome. Pour cette dernière, « un vélo qui disparaît momentanément derrière une camionnette est un vélo qui cesse d’exister ». L’une des différences fondamentales entre l’intelligence humaine et celle d’une machine se trouverait là.

A lire aussi : Tesla Bot : Elon Musk vient de présenter un robot humanoïde, mais vous courrez plus vite que lui

Une « brique logicielle » pourrait résoudre le problème

Par ailleurs, il faut savoir que l’intelligence artificielle utilise l’apprentissage automatique, lequel se base sur de nombreuses images et vidéos. Malgré cela, le fait que l’IA n’ait pas une compréhension fondamentale de son environnement est à la source des différents obstacles rencontrés comme la considération des gouttes de pluie et des insectes comme des obstacles.

Pour résoudre ce problème, le fondateur de la société CoDesign Lab, Mehul Batt, a suggéré de concevoir des algorithmes de voitures autonomes en ajoutant une brique logicielle après les résultats habituels. Cette « brique logicielle » est un logiciel qui applique des concepts physiques au lieu d’aborder l’environnement d’une façon probabiliste. De premiers tests ont déjà été réalisés et se sont avérés encourageants même si beaucoup restent à faire.

Malgré tout, beaucoup doutent qu’un jour l’intelligence artificielle dans la conduite autonome puisse un jour atteindre le niveau humain. Cependant, comme le dit l’adage, il ne faut jamais dire jamais…