Votre WiFi rame ? C’est peut-être de la faute de votre Chromecast !

Google se retrouve dans une position peu enviable. TP-Link, Netgear et Linksys rapportent en effet un étrange bug causé par… le Google Home et le Chromecast. Ces derniers auraient en effet tendance à surcharger le réseau local d’une quantité excessive de paquets, causant par la même occasion d’importants ralentissements.

Google travaille depuis plusieurs années sur un protocole permettant de streamer du contenu audio et vidéo entre plusieurs périphériques.

Google Home

Le Google Cast, c’est son nom, ne se limite pas à un produit en particulier et il est ainsi présent sur de nombreux dispositifs différents. Le Chromecast en fait partie, de même pour le Google Home et certaines barres de son.

Le Google Cast accusé de surcharger le réseau local

Si le protocole en question est très pratique, il n’est pas parfait pour autant et c’est précisément ce que révèle l’étude menée par TP-Link. En analysant le fonctionnement du protocole, le constructeur a en effet réalisé que ce dernier avait pour fâcheuse habitude de surcharger le réseau local de paquets mDNS afin de maintenir une connexion.

Pire, le nombre de paquets émis augmente en plus significativement lorsque les appareils exploitant le protocole sortent de veille et ils peuvent ainsi émettre dans certains cas plus de 100 000 paquets en l’espace d’un instant, causant par la même occasion d’importantes perturbations sur tout le réseau local de l’utilisateur.

Les effets diffèrent d’un routeur à l’autre, mais TP-Link a relevé des ralentissements importants touchant les connexions filaires et sans-fil sur certains de ses équipements.

Google minimise le problème

Lorsque cela arrive, la seule solution consiste alors à les redémarrer afin de vider leur mémoire et de décongestionner ainsi le réseau local.

TP-Link n’est bien entendu pas le seul constructeur à souffrir de ce bug et ce dernier toucherait ainsi de nombreuses marques comme Netgear, Linksys ou même Synology et Asus.

Google, de son côté, est plus mesuré. Selon la firme, le problème toucherait en effet un petit nombre d’utilisateurs et seuls certains équipements seraient touchés. Elle a en outre annoncé être en train de travailler sur un correctif dont le déploiement devrait intervenir ces prochaines semaines.

TP-Link et Linksys ont également riposté de leur côté en déployant des patchs pour les équipements les plus touchés.