Vous allez peut-être bientôt pouvoir vous connecter au réseau StarLink

La constellation StarLink continue de s’agrandir. Le mercredi 7 octobre 2020, la société spatiale SpaceX a effectué le lancement de 60 nouveaux satellites qui s’ajouteront au réseau qui devra fournir une connexion internet aux zones reculées du globe. Il s’agit de la 12e mission du projet StarLink.

Ce nouveau déploiement fait monter le nombre de satellites de cette constellation à plus de 700. La réussite de cette mission est loin d’être anodine. À en croire Elon Musk, le patron de SpaceX, elle permettra à plusieurs utilisateurs de se connecter au réseau StarLink.

Crédits Pixabay

C’est sur Twitter que le milliardaire sud-africain a annoncé l’intention de son entreprise d’entamer des tests à destination du public dans certaines régions des États-Unis et du Canada.

SpaceX priorise le nord des États-Unis et le sud du Canada

Le 6 octobre 2020, SpaceX a publié un tweet pour annoncer le lancement imminent de la 12e mission du projet StarLink. Ce post a ensuite été retweeté par Elon Musk. Il a déclaré que ces satellites allaient permettre de déployer la version bêta publique de la connexion StarLink.

« Une fois que ces satellites auront atteint leur position cible, nous serons en mesure de déployer une version bêta publique assez large dans le nord des États-Unis et, espérons-le, dans le sud du Canada », lit-on.

À lire aussi : StarLink, la latence passe sous la barre des 20 ms

Des tests publics prévus pour 2021

Les satellites qui se trouvent actuellement en orbite ne représentent qu’une infime partie de la constellation que SpaceX souhaite créer. À terme, la société spatiale envisage de placer 42 000 satellites en orbite, à une distance d’environ 500 km de la Terre. Dans son tweet, Elon Musk n’a évoqué aucune date pour le déploiement de cette version bêta publique.

D’après les estimations de Jonathan McDowell, astrophysicien au Centre d’astrophysique de Harvard-Smithsonian, les tests ouverts au public n’auraient lieu qu’à l’horizon 2021. Cela serait dû au fait que ces 60 satellites arriveront à destination séparément et à des intervalles de temps différents.

« Le premier groupe atteindra la hauteur cible dans environ 45 jours ; le deuxième et le troisième après 90 jours et 135 jours environ », a-t-il déclaré.

Elon Musk a indiqué que d’autres pays seront concernés par le déploiement de cette version bêta publique lorsque SpaceX recevra une « approbation réglementaire. »

À lire aussi : StarLink déjà utilisé dans le cadre de communications d’urgence

Mots-clés spacexstarlink