Vous reprendrez bien un peu de pain à l’urine ?

« L’urine est un engrais formidable » et ça, c’est l’écoféministe Louise Raguet qui le dit ! Cette dernière croit tellement en l’efficacité de l’urine comme fertilisant qu’elle a conçu des urinoirs secs féminins, surnommés  Marcelle, pour collecter ce liquide dans les espaces publics.

L’urine recueillie grâce à ces pissotières est ensuite utilisée dans l’agriculture. Ce fertilisant, pas comme les autres, a déjà fait ses preuves. Il a notamment permis de faire pousser du blé, dont la farine a été utilisée pour fabriquer du pain « Boucle d’Or. »

Une boule de pain

Crédits Pixabay

À travers ce projet, Louise Raguet veut non seulement donner un coup de pouce à l’agriculture, mais aussi « lever le tabou autour des excréments. »

L’urine, un liquide riche en nutriment

Certaines personnes pourraient être rebutées à l’idée d’imaginer des produits de l’agriculture obtenus grâce à l’urine, toutefois, à en croire Louise Raguet ces appréhensions n’ont pas lieu d’être.

« À l’inverse de la matière fécale, qui contient beaucoup de bactéries, l’urine est salubre. »

En plus d’être salubre, l’urine est également riche en nutriments. Elle contient du phosphore, de l’azote et du potassium qui peuvent accélérer la croissance des plantes. Pour Louise Raguet, « l’enjeu de notre société est de récupérer l’urine dès qu’elle sort de notre corps. »

À lire aussi : On a fait du pain avec une levure vieille de 4500 ans

Un liquide qui a de nombreuses fonctions

Louise Raguet s’est inspirée des urinoirs secs masculins pour concevoir les pissotières Marcelle. Elle estime qu’un tel projet « montre bien comment écologie et féminisme peuvent fonctionner ensemble. Ces urinoirs féminins sont un moyen de montrer ce qui peut être fait grâce à la réutilisation de l’urine. C’est une preuve par l’exemple, cela prouve que ce n’est pas une utopie ou une hypothèse. »

Comme l’explique Louise Raguet, l’urine récoltée grâce à ces urinoirs peut être utilisée de nombreuses façons.

« À l’échelle d’un potager, la façon la plus low-tech d’utiliser l’urine en agriculture est de faire pipi dans un arrosoir. On utilise l’urine pure pour préparer les sols, et diluée vingt fois dans de l’eau, pour arroser les plantes au printemps et l’été. Mais ça ne nous dit pas comment écouler nos 5000 litres d’urine. Quand on récupère de très gros volumes, les agriculteurs ont recours à un processus d’hygiénisation : ils la stockent pendant trois mois dans une cuve fermée. »

Le stockage de cette urine permet de supprimer les éléments indésirables et de ne garder que les nutriments.

À lire aussi : Un YouTubeur a envoyé un pain à l’ail dans l’espace