VR : « Nous ne pouvons pas bâtir un business là-dessus, mais il y a de l’espoir », explique le patron de CCP Games

Il y a un an les Islandais de CCP Games se voyaient largement affectés par la mise au placard de leurs différents projets en réalité virtuelle. Le studio derrière EVE Online, et plus récemment EVE Valkyrie, venait de tourner le dos à un secteur pour lequel des investissements notables avaient été consentis, et se voyait contraint de fermer deux de ses antennes (à Newcastle et Atlanta), avec à la clé le licenciement d’une centaine d’employés. Cette restructuration devait, fort logiquement, impacter les activités du groupe au sens large… et ce quoiqu’en disait le communiqué de presse de l’époque.

Une année révolue plus tard, ou presque, le patron de CCP Games, Hilmar Veigar Pétursson, s’est exprimé auprès de Destructoid au sujet de la réalité virtuelle. L’occasion pour l’intéressé de revenir sur la décision actée le 31 octobre 2017, et de donner un point de vue (pas forcément très tendre) sur ce marché. Pour lui, l’espoir viendrait toutefois de l’arrivée prochaine de l’Oculus Quest, annoncé par Mark Zuckerberg le mois dernier.

Dans un entretien avec Destructoid, Hilmar Veigar Pétursson, le patron de CCP Games (EVE Online, Eve Valkyrie), a évoqué le marché de la VR, ses déceptions, ses craintes, mais aussi ses espoirs en la matière.

« Nous attendions que le marché de la VR grossisse pour devenir deux à trois fois ce qu’il était, point barre (…). Nous ne pouvons pas bâtir un business là-dessus« , a-t-il expliqué, déçu par la croissance timide de ce secteur, qui cristallise bien des angoisses chez les pourvoyeurs de contenus en VR. « S’arrêter était une bonne décision, mais nous nous devions d’essayer. Je reste convaincu par le potentiel à long terme de la réalité virtuelle« . Et justement, Pétursson reste, comme de nombreux autres observateurs de l’industrie, dans l’expectative face aux casques de VR autonomes.

L’Oculus Quest : le casque qui pourrait inverser la tendance ?

Le bébé de John Carmack, dont on ignore encore les spécifications techniques précises, suscite en tout cas de nombreux espoirs. Outre la promesse d’une expérience sans attaches (le casque n’a pas besoin d’être relié à un quelconque appareil tiers), le nouveau dispositif d’oculus (attendu en 2019) pourrait en effet susciter un sursaut de la part des consommateurs. Dans cette perspective, le CEO de CCP Games, ne souhaite se fermer aucune porte : « Si ça décolle et je dis bien si, nous réévaluerons la situation », a-t-il expliqué en laissant toutefois planer l’ombre d’un gros bémol sur cette dernière déclaration.

« Ce que nous devons garder en vue, c’est la statistique relative aux utilisateurs de VR actifs. De nombreuses personnes ont acheté des casques juste pour essayer la technologie. Combien d’entre elles sont toujours actives. Lorsque nous consultions ces données, la plupart des utilisateurs ne l’étaient pas », a-t-il argué. Difficile pour l’heure d’être sûrs de quoi que ce soit en la matière. La nature même de la VR ne tend-elle pas, justement, vers une immersion ponctuelle ?