Wall Street n’apprécie pas les RTX 2080 et 2080Ti, le cours de l’action Nvidia pique du nez

Si Nvidia a su convaincre une partie des joueurs avec ses nouvelles cartes graphiques – et ce en dépit de prix de lancements imposants – la firme en caméléon n’en est pas moins boudée par les analystes. Jeudi, la banque d’affaires Morgan Stanley publiait un rapport faisant état de sa déception vis-à-vis des nouveaux modèles de GPUs dévoilés par la marque en août, et dont l’arrivée sur le marché était alors imminente. On y lisait notamment que, d’un point de vue spéculatif, la branche gaming du géant californien ne serait pas en mesure de rassurer les marchés avant longtemps.

Il n’en fallait pas plus pour que Nvidia décroche de plus de 2% au NASDAQ, le jour même, et que cette chute notable se confirme le lendemain au travers d’actions toujours en proie à des turbulences en bourse.

Le cours des actions Nvidia plonge en bourse à l’arrivée des RTX 2080 et 2080 Ti sur le marché. Conséquence directe d’une politique tarifaire trop hardie au goût de certains analystes ?

Il faut dire que Nvidia a pris des risques en lançant sa nouvelle génération de puces graphiques. Moins impressionnante que l’architecture Pascal en son temps du point de vue des performances pures, l’architecture Turing peut toutefois compter sur des nouveautés intéressantes, à commencer par l’intégration de Tensor Cores et de RT Cores en complément des Cores CUDA habituels. Un point qui n’a visiblement pas suffi à convaincre les analystes.

La crainte d’un renouvellement trop lent des cartes Pascal au profit des puces Turing

En réalité, la conjugaison d’une hausse des performances jugée « décevante » par la Morgan Stanley, et de tarifs de lancement particulièrement élevés cette année (la RTX 2080 Ti Founders Edition culmine tout de même à 1259 euros, contre « seulement » 800 euros pour la GTX 1080 Ti à son lancement) suffisent à refroidir les investisseurs. Pour eux, le cycle de renouvellement des cartes Pascal sera plus lent que celui des puces de génération Maxwell (série des GeForce GTX 9xx) il y a deux ans. En clair, les joueurs risquent d’être nettement moins prompts à remplacer leurs cartes graphiques actuelles au profit des GPUs de série 20xx.

L’épineuse question du rapport performances / prix des nouvelles cartes de Nvidia est par ailleurs soulignée avec une certaine insistance par la Morgan Stanley. « Nous sommes surpris que la 2080 soit à peine plus performante que la GTX 1080 Ti, qui est disponible depuis plus d’un an et à un tarif bien moins élevé« , déclarait Joseph Moore pour la banque d’affaires new-yorkaise. « Avec des fréquences plus hautes, plus de cores et 40% de bande-passante en plus pour la mémoire, nous nous attendions à un gain [de performances] plus important », a-t-il poursuivi en se basant notamment sur les tests publiés mercredi par The Verge et PCWorld.

« Le fond du problème est qu’avec un taux d’adoption plus lent au sein du grand public (…), nos attentes sont basses vis-à-vis de la branche gaming [de Nvidia] pour les deux prochains trimestres« , a-t-il conclu. Voilà qui risque, à court terme, de compliquer la tâche des verts et de ses fameuses GeForce RTX.