Waymo expérimente les voitures autonomes…sans conducteur de secours

Actuellement, plusieurs constructeurs automobiles se focalisent sur la conception de véhicules autonomes et se challengent pour produire le véhicule le plus autonome et le plus sécuritaire possible. Toutefois, si la majorité des constructeurs automobiles ne font pas encore suffisamment confiance à leur technologie pour livrer la voiture à elle-même – et les passagers avec -, Waymo s’est lancé dans l’aventure de tester des véhicules autonomes sans aucun chauffeur responsable de la sécurité à bord.

La nouvelle a été annoncée le lundi 28 octobre 2019 par John Krafcik, le président de Waymo.Ce PDG a effectivement déclaré à Reuters que les tests avaient déjà commencé et se déroulaient à Phoenix, en Arizona. John Krafcik a également affirmé qu’aucun conducteur humain n’était présent dans la voiture lors des tests. Il n’y avait que les passagers et la voiture.

crédits: Waymo

Mais, sans doute pour rassurer les esprits, John Krafcik a également assuré que l’expérimentation se limite à quelques centaines de personnes inscrites dans un programme.

On ne saura rien du déroulement de ces tests

Malheureusement pour nous, le président de Waymo a expliqué que les personnes qui testent ce programme de voiture autonome sans conducteur humain de secours ont signé un accord de confidentialité leur interdisant de faire part de leurs impressions sur le programme.

Néanmoins, tout porte à croire que Waymo a confiance en son système de conduite autonome pour se lancer dans ces expériences. Du moins, par rapport aux constructeurs automobiles qui continuent de mettre un conducteur de secours au volant de leur voiture autonome par mesure de sécurité. On peut citer, par exemple, Hyundai qui s’est récemment associé à l’entreprise Pony.Ai pour concevoir une technologie de conduite autonome et qui affectera deux opérateurs humains dans son service de robot-taxis.

Waymo voit l’avenir des voitures autonomes d’un bon œil

Mis à part ce test de voitures autonomes sans conducteur, Krafick a également confié à Reuters que Waymo cherche présentement à étendre son activité en dehors du service de covoiturage. Plus précisément, ce membre de l’exécutif a fait part de l’intérêt de l’entreprise pour le service de camionnage. D’ailleurs, la société testerait actuellement une technologie autonome sur des semi-remorques dans le cadre d’un programme intitulé ‘Projet Husky’.

Krafick s’est également exprimé sur le transfert de la technologie de conduite autonome vers les voitures particulières. Il a déclaré qu’il était possible d’inclure cette technologie dans la voiture d’une entreprise soit avec la marque « Waymo » soit en tant qu’élément de la propre identité du constructeur automobile. Mais même si les deux options semblent intéresser la société, elle n’a pas encore tranché sur la question.

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que Waymo semble vouloir se passer peu à peu des conducteurs humains. Mais sa technologie est-elle sécuritaire à ce point ? On le saura peut-être bientôt.