WeChat ne sera pas interdit aux USA, décide la justice

Si TikTok devait être banni aux USA, le 20 septembre, mais que l’interdiction a finalement été repoussée grâce à un partenariat entre l’application, Oracle et Walmart, une autre entité numérique chinoise est victime d’une tentative de blocage sur le territoire. Il s’agit de la messagerie WeChat, très prisée par les utilisateurs chinois, qui s’est attiré les foudres de Donald Trump. Cette dernière est accusée, comme TikTok, de dérober les informations privées pour le compte du Parti communiste chinois. Et cette interdiction pose problème à un groupe d’utilisateurs, qui a décidé de constater la décision auprès de la justice. 

Et comme le rapporte la BBC, la justice a désormais tranché… et en faveur de WeChat.

Crédits Pixabay

Selon la justice, cette interdiction ne respecte pas le premier amendement de la Constitution américains.

Le premier amendement de la Constitution étasunienne n’est pas respecté

C’est en tout cas l’annonce du juge Larel Beller, qui a tranché en faveur des utilisateurs de WeChat critiquant son blocage par le département du Commerce. Car, selon la justice, l’entité ne respecte pas le premier amendement avec une telle décision.

Un premier amendement qui “interdit au Congrès des États-Unis d’adopter des lois limitant la liberté de religion et d’expression, la liberté de la presse ou le droit à « s’assembler pacifiquement »“. (source : Wikipédia).

Car selon les utilisateurs de WeChat, l’application leur permet de communiquer avec leurs proches, notamment en Chine, où une majorité de messageries sont bloquées. L’injonction préliminaire de la juge Larel Beller va donc dans le sens d’une levée de ce blocage du service par le département du Commerce. Une décision qui arrive en faveur de WeChat, société chinoise, après l’arrêt de l’interdiction de TikTok, autre plate-forme numérique développée en Chine.

Le 20 septembre, TikTok devait bien être banni des USA, l’application de ByteDance n’ayant pu être rachetée par une société américaine.

Mais finalement, Donald Trump a levé cette interdiction, suite à un partenariat avec Oracle et Walmart, sociétés étasuniennes, et l’application chinoise.

Entre TikTok et WeChat, il semblerait que les planètes soient alignées pour les applications chinoises aux USA, sous le coup de possibles sanctions. Des sanctions nées de cette guerre numérique entre les Etats-Unis et la Chine aux multiples rebondissements.

Mots-clés donald trumpWeChat