Welcome to Weedle

Certains d’entre vous le savent peut-être, je planche depuis un bon moment déjà sur un second projet. Oui, et après des mois et des mois de préparation et de “photoshopages” (soyons fous) en série, je suis enfin parvenu à le concrétiser. On peut dire que cet accouchement a été particulièrement long et douloureux mais je suis fier de vous annoncer la sortie officielle de Weedle, un site qui risque d’intéresser les amoureux de la création graphique.

Dans la vie, il nous arrive à tous de faire des choix mais certains d’entre eux ont pour conséquence un changement radical dans nos vies. Le début de ma carrière, je l’ai fait dans le privé, plus exactement dans le web, comme développeur puis comme chef de projet junior. Je pensais continuer sur ma lancée lorsque j’ai eu la malchance de tomber sur un employeur malhonnête, qui a disparu du jour au lendemain sans laisser de traces, et accessoirement sans me payer les salaires qu’il me devait.

Weedle, la page d'accueil

Après un détour aux Prud’hommes et quelques mois difficiles, j’ai décidé de changer de vie et de quitter la précarité du privé pour la fonction publique. J’ai eu la chance d’obtenir un poste intéressant au sein de la médiathèque de ma commune, dans laquelle je suis toujours en poste aujourd’hui, jonglant entre l’administration du réseau, du progiciel et des formations que je dispense, plusieurs fois par mois, à nos abonnés. C’est un métier que j’apprécie énormément, car très varié. J’ai appris beaucoup de choses sur moi (comme la patience) et j’ai eu la chance de rencontrer des gens formidables, qui ont changé ma vie et mon regard sur le monde.

Quelques temps après ma prise de fonction dans ce poste, le web a commencé à me manquer. C’est ainsi que j’ai décidé de me remettre au goût du jour et de voir si je valais toujours quelque chose. Quelques jours après, la Fredzone ouvrait ses portes et elle tournait sous SPIP. La suite de l’aventure, vous la connaissez déjà.

Weedle, une page "rubrique"

Si la Fredzone m’a ouvert des horizons, elle m’a aussi laissé un certain sentiment d’insatisfaction. La plupart du temps, je ne fais que relayer ce que je lis ailleurs. Et si j’essaie toujours de raconter les choses à ma façon, si j’essaye de faire preuve d’un minimum d’originalité (j’essaye mais je n’y arrive pas toujours), cela reste de la réécriture, et non de la création. Et ne faire que ça, c’est devenu impossible pour moi.

Weedle, j’y pense depuis plus d’un an et demie. Durant cette période, j’ai changé plusieurs fois de concept. Certains sérieux, d’autres un peu plus farfelus. Et puis finalement, au bout d’un moment, les choses se sont précisées, tout est devenu un peu plus clair et je me suis donc mis au travail, ce qui explique pourquoi j’ai été nettement moins présent sur la Fredzone, sur Twitter et sur Facebook ces dernières semaines.

L’objectif de Weedle est simple : créer du contenu. Les thèmes sont assez variés mais touchent tous à l’univers de la création graphique. Sur ce point, on peut dire que la Fredzone m’aura été grandement utile. Au bout de deux ans, on se rend compte de ses points forts, certes, mais aussi de ses points faibles et des erreurs que l’on a commises. La ligne éditoriale de Weedle sera donc beaucoup plus claire et structurée que ne l’est celle de la Fredzone.

Weedle, une page "article"

Le contenu de Weedle s’articulera donc autours de cinq grands pôles : le design, l’illustration, la vidéo (ou “motion”), les ressources et WordPress. On y trouvera de l’information, des études, des méthodes, pas mal de choses à télécharger (icônes, brushes, etc…) et de nombreux tutoriels pour se familiariser avec les principaux outils de création. C’est aussi à cet endroit que vous pourrez trouver les thèmes que je créerai, au fil du temps, pour WordPress.

Le rythme de publication sera cependant moins soutenu que sur la Fredzone. Et pour cause, puisque la rédaction d’un article sur Weedle me prend en moyenne trois ou quatre heures (contre une demie heure / une heure pour la Fredzone). Dans ce contexte, et dans la mesure où j’ai aussi un “vrai” travail et un semblant de vie sociale, vous comprendrez sans doute que je préfère me restreindre. Précisons toutefois que Weedle ouvre ses portes avec une dizaine d’articles en stock (en réalité, j’en ai préparé une cinquantaine, mais je préfère prendre un peu d’avance). La plupart d’entre eux ont été écris de ma main mais un ami, David, m’a également rejoint pour alimenter la rubrique “motion”. En même temps, quand on bosse dans le cinéma et dans la 3D, c’est plus simple pour rédiger du contenu sur le sujet. Et d’ailleurs, c’est aussi lui qui a réalisé le générique de Weedle.

Pour finir, je tiens à remercier plusieurs personnes : ma femme, qui m’a épaulé et qui a supporté mes nombreux coups de stress, David, qui m’a filé un énorme coup de main et qui m’a poussé aux fesses pour que je parle de motion et Morgan, qui m’a filé quelques conseils fort utiles en référencement. Évidemment, je remercie également par avance toutes les personnes qui sont parvenues à lire ce billet jusqu’au bout, ceux qui iront voir de quoi il en retourne et les blogueurs qui parleront de Weedle.

Voilà et sinon que ceux qui aiment la Fredzone se rassurent, je ne compte pas fermer cette dernière. En revanche, il est possible que le rythme de publication sur cette dernière baisse un peu (ce qui soulagera sans doute votre agrégateur).

Ah oui, et je précise que Weedle est hébergé chez Gandi. D’après mes tests, ça tourne plutôt pas mal et j’espère sincèrement que cela ne changera pas (normalement, seul le premier chargement est un peu long, une fois les fichiers mis en cache c’est nettement plus rapide) mais j’aviserai ensuite en fonction des résultats obtenus. Après tout, depuis le temps que je pense à me prendre un vrai dédié…

Et comme vous avez été nombreux à relayer l’information, sur Twitter ou ailleurs, je tiens à tous vous remercier personnellement :

Et si jamais je vous ai oublié dans cette liste, n’hésitez pas à me lancer des souris mortes dans les yeux en balançant un méchant commentaire à la suite du billet.