Wes Craven a failli être viré de Scream pour sa scène d’ouverture

En (re)visionnant les premières minutes du tout premier Scream, on ne s’imaginerait pas que son réalisateur Wes Craven a failli être remercié pour cette ouverture, où Drew Barrymore recevait un appel qui allait changer sa vie.

Alors que les États-Unis devraient célébrer, en fin d’année, les 26 bougies de Scream, l’occasion a d’ores et déjà été saisie de réunir plusieurs figures phares du long-métrage pour partager anecdotes et ressentis à froid.

          Crédit YouTube.

Marco Beltrami, compositeur, a été engagé sur le projet alors qu’il n’avait jamais visionné un film d’horreur auparavant. Le réalisateur Wes Craven avait ainsi jugé que le musicien avait son propre style, et Marco Beltrami avait visiblement commencé par travailler sur la scène d’ouverture de Scream.

Scream : la production ne trouvait pas le masque du tueur effrayant

Wes Craven voyait la proposition de son compositeur comme “naïve”, et Marco Beltrami d’indiquer qu’il avait écrit son ouverture en se plaçant du point de vue du personnage mis en lumière. En l’occurrence Casey Becker interprété par Drew Barrymore. Mais voilà, la séquence en question n’a pas plu à Dimensions Films, qui co-produisait le long-métrage, et pas tellement pour sa musique, comme l’explique le monteur Patrick Lussier :

“La première séquence qui a été tournée était celle de Drew Barrymore. Le studio détestait les rushes. Ils […] ont envoyé [à Wes Craven] les rushes de leur remake de Nightwatch et lui ont dit : ‘Il faut que tu regardes ça. C’est comme ça qu’on fait un film.'”

Au scénario, Kevin Williamson dit qu’il n’oubliera jamais ce jour-là :

“On était assis sur le parking de l’épicerie et on filmait les images de Liev Schreiber [NDLR : jouant Cotton Weary] qui sortait, montait dans une voiture et était emmené. Wes a reçu un appel du studio, j’étais assis derrière lui sur ma chaise et j’ai vu son dos s’affaisser. Il a commencé à glisser sur la chaise. Ils ne pensaient pas que c’était bon. Ils ne comprenaient pas le manque d’images et ne voyaient pas du tout sa vision de cette séquence.”

Il était par exemple estimé que le masque du tueur n’était pas effrayant. W. Earl Brown, derrière “Kenny”, se souvient de l’insouciance de ses camarades et de lui-même :

“Nous, les acteurs, étions parfaitement inconscients de ce qui se tramait en coulisses, que Wes a failli être remplacé sur le film. Ils allaient le virer.”

Après avoir essuyé des pressions de la part des dirigeants, l’équipe de tournage a finalement obtenu gain de cause, pour le résultat que l’on connaît aujourd’hui.

Source : The Hollywood Reporter

Mots-clés screamwes craven