WhatsApp a banni 2 millions de comptes en Inde

WhatsApp a banni plus de deux millions de comptes en Inde en l’espace de seulement un mois. Ces derniers avaient tous une chose en commun : ils ont tenté de faire un “usage non autorisé” de la messagerie en automatisant certains processus.

WhatsApp compte actuellement plus de deux milliards d’utilisateurs actifs par mois. Elle occupe donc la première place du podium consacré aux messageries instantanées.

WhatsApp en train de tourner sur un smartphone
Crédits Pixabay

Une popularité qui n’a malheureusement pas que de bons côtés.

2 millions de comptes WhatsApp bannis en Inde

La messagerie est en effet ciblée par de nombreuses personnes mal intentionnées, des personnes qui l’utilisent pour colporter des rumeurs, faire la promotion de produits ou de services illégaux ou même pour répandre des virus et des malwares.

WhatsApp, de son côté, procède donc très souvent à des opérations de vérification et la plateforme se donne donc le droit de bannir les comptes ne respectant pas ses conditions d’utilisation.

Or justement, si l’on en croit les informations du Indian Express, alors WhatsApp a beaucoup sévi en Inde dernièrement. La messagerie aurait en effet supprimé plus de deux millions de comptes indiens en l’espace de seulement un mois. Soit entre le 15 mai et le 15 juin.

A lire aussi : WhatsApp a déployé les paiements en Inde

Trois mesures de vérification

Comme l’expliquent nos confrères dans leur article, WhatsApp n’attend pas toujours que les comptes malveillants lui soient signalés avant d’agir. L’entreprise adopte en effet une démarche pro-active. Lorsqu’un nouvel utilisateur crée un compte, elle procède donc à plusieurs vérifications. Et si elle estime que le compte est suspect, alors elle peut le bloquer avant même qu’il ne soit actif :

“Nous nous concentrons particulièrement sur la prévention car nous pensons qu’il est bien préférable d’empêcher les activités nuisibles de se produire en premier lieu que de les détecter après que les dommages se soient produits. La détection d’abus opère à trois étapes du mode de vie d’un compte : lors de l’enregistrement ; pendant la messagerie ; et en réponse aux commentaires négatifs, que nous recevons sous la forme de rapports d’utilisateurs et de blocages.”

WhatsApp – rapport

A lire aussi : GB WhatsApp : attention à la suspension de compte !

Les signalements ont leurs limites

Concrètement donc et comme l’entreprise l’explique elle-même, WhatsApp opère sur trois fronts différents. Elle commence donc par vérifier les données liées à l’enregistrement d’un nouveau compte. Cela lui permet d’effectuer un premier tri. Une fois le compte créé et actif, l’entreprise vérifie qu’il respecte bien toutes les conditions d’utilisation fixées par ses soins, en analysant l’usage qu’il fait de la solution. Enfin, pour finir, elle déclenche une enquête dès qu’un signalement est fait.

Si l’on en croit l’indian Express, alors les deux millions de comptes semblaient parfaitement conformes en premier lieu, mais une large majorité d’entre eux a ensuite eu recours à des outils pour automatiser l’envoi de messages. Ce sont ces fameux outils qui leur ont valu ce bannissement.

Fait intéressant, sur le même laps de temps, WhatsApp a reçu seulement 646 signalements de la part des utilisateurs indiens. Ces derniers ne représentent donc qu’une infime partie de ces blocages. Par effet de mort, cela prouve aussi qu’il n’est pas judicieux de s’appuyer uniquement sur le bon vouloir de chacun.

Mots-clés whatsapp