WhatsApp a un problème de piratage

WhatsApp se trouve empêtré dans une nouvelle affaire. En Inde, la Haute Cour de Delhi a en effet rendu une ordonnance visant à empêcher le piratage du film Radhe sur la plateforme de Facebook. Cette dernière doit ainsi suspendre les comptes des utilisateurs partageant la version pirate du film… et prendre des mesures similaires pour tous les comptes qui seront ultérieurement signalés par les autorités.

Initialement prévu pour une sortie en 2020, Radhe Your Most Wanted Bhai a été retardé en raison de la pandémie actuelle. Comme beaucoup d’autres productions, la Covid-19 n’ayant pas fait de cadeau à l’industrie du cinéma.

Photo d’Alexander Shatov – Unsplash.com

Finalement et compte tenu de la situation sanitaire en Inde – le pays est très touché par la pandémie – les producteurs ont décidé de se passer d’une sortie en salle et de proposer directement le film sur une plateforme de VOD local, une plateforme du nom de Zee Plex.

WhatsApp utilisé pour diffuser la copie pirate d’un film

Et bien sûr, ce qui devait arriver arriva. Plusieurs personnes ont profité de l’occasion pour enregistrer une copie du film et la diffuser sur les réseaux pirates habituels. Soit sur les trackers torrents ou même sur les plateformes de téléchargement locales.

Ces dernières n’en sont cependant pas restées là et la copie du film a aussi commencé à circuler sur WhatsApp et Telegram. Ce qui n’a bien entendu pas fait très plaisir à Zee Entertainment, l’entreprise à la tête de la plateforme où le film était originellement – et légalement – diffusé.

Face à la situation, cette dernière a donc déposé une plainte officielle auprès des autorités… mais aussi auprès de la Haute Cour de Delhi.

La Haute Cour de Delhi s’est prononcée en faveur du plaignant

Une plainte accompagnée d’une demande de réparation provisoire et listant les numéros de téléphone des personnes ayant contribué à partager et à diffuser la version pirate du film.

Plus intéressant encore, Zee Entertainment accuse également WhatsApp de ne pas avoir pris de mesures pour limiter la diffusion de ce film. L’entreprise affirme ainsi avoir pris contact avec les équipes de la solution et leur avoir fourni les numéros de téléphone de huit personnes ayant visionné, téléchargé et stocké le film sur la plateforme sans autorisation… sans qu’aucune réponse ne lui soit fournie.

L’avocat mandaté par l’entreprise a en outre argué que WhatsApp interdisait scrupuleusement les contenus violant les droits d’auteur et que la plateforme aurait dû par conséquent prendre des mesures adaptées.

WhatsApp va devoir collaborer avec les autorités indiennes

Après analyse du dossier, la Haute Cour de Delhi s’est prononcée en faveur du plaignant. Le juge a donc ordonné une injonction contre les huit défendeurs et ces derniers n’ont désormais plus le droit d’utiliser WhatsApp, même pour communiquer avec leurs proches.

Il a également ordonné à WhatsApp de suspendre les comptes de deux autres utilisateurs responsables de la diffusion de cette copie pirate, avec pour obligation d’agir dans un délai de 24 heures. De leur côté, les fournisseurs d’accès indiens devront divulguer l’identité et les coordonnées des pirates présumés à l’entreprise, et ce dans un délai de 72 heures. L’affaire reprendra le 1er juin et l’ordonnance peut être consultée ici.

Une affaire qui risque de changer pas mal de choses

La Haute Cour de Delhi semble en tout cas prendre cette affaire très au sérieux, ce qui n’a finalement rien de surprenant.

En janvier, suite à l’annonce des nouvelles CGU de WhatsApp, les représentants politiques indiens ont fait savoir qu’il était hors de question de laisser faire l’entreprise et qu’il était impératif de tout mettre en oeuvre pour protéger la vie privée des Indiens.

Cette nouvelle affaire risque donc de porter préjudice à la solution, mais aussi à son propriétaire.

Mots-clés whatsapp