WhatsApp : l’Inde ne veut pas des nouvelles CGU

WhatsApp compte plus de deux milliards d’utilisateurs actifs à travers le monde et, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ces derniers sont loin de tous provenir de l’Europe. En réalité, ce sont surtout les marchés émergents qui sont friands de la solution, à commencer par l’Inde qui représente une bonne partie de ses utilisateurs.

Et justement, il semblerait que les nouvelles conditions d’utilisation de la plateforme ne soient pas du goût des politiques indiens.

Crédits Pixabay

Il aurait fallu passer ces dernières semaines au fin fond de la Sibérie pour ne pas le savoir, mais WhatsApp s’est retrouvé la semaine dernière au coeur d’une vaste polémique.

WhatsApp dans la tourmente

A l’origine de l’affaire, une histoire de CGU. Facebook veut en effet pouvoir récupérer les données des utilisateurs de WhatsApp pour son programme publicitaire et le géant des réseaux sociaux voulait donc imposer un partage des données à partir du 8 février.

C’était du moins les délais prévus à la base. Lorsque l’affaire a été rendue publique, WhatsApp a fait face à une véritable levée de boucliers et à une fronde de ses utilisateurs. Beaucoup ont même supprimé leur compte pour rejoindre les rangs de Signal ou de Télégram.

Malmené, WhatsApp a donc fait volte-face et ses équipes ont décidé de reporter ces changements de CGU au mois de mai. Entre temps, elles ont également lancé une vaste campagne publicitaire afin de tenter de retrouver les bonnes grâces de ses utilisateurs.

L’Inde non plus n’apprécie pas le changement de CGU

Jusqu’à présent, l’Inde n’avait pipé mot, mais cela vient de changer.

Le ministère en charge des technologies de l’information a en effet envoyé une lettre au PDG de la solution afin de lui faire part de son incompréhension et pour lui demander tout simplement d’annuler la mise en place de ces nouvelles conditions d’utilisation.

Comme le rapporte The Next Web, le courrier en question est assez direct et le ministère demande ainsi à WhatsApp de respecter les données privées de ses utilisateurs.

Un courrier qui devra être traité avec le plus grand soin. L’Inde représente à elle seule 400 millions d’utilisateurs pour WhatsApp et l’application ne peut pas vraiment faire l’impasse dessus. S’attirer les foudres du gouvernement indien pourrait donc avoir de fâcheuses répercussions.

L’Inde représente à elle seule 400 millions d’utilisateurs

Et bien sûr, l’Inde ne sera sans doute pas le dernier pays à demander des comptes à WhatsApp.

WhatsApp qui, de son côté, tente de calmer les esprits. Un porte-parole de l’entreprise a en effet déclaré que les nouvelles CGU ne changeaient rien et qu’elles n’avaient pas pour but de mettre en danger la confidentialité des données des utilisateurs. La solution continuera donc de chiffrer les échanges de bout en bout et il n’est pas question de rendre les messages publics, même par des robots.

Reste que pour le moment, ces clarifications n’ont pas eu l’effet escompté.

Mots-clés whatsapp