WhatsApp, haut lieu de la fake news en Inde

En Inde, la pandémie de Covid-19 a amené une grande partie de la population à utiliser WhatsApp. L’application y est devenue un outil incontournable pour se faire approvisionner en oxygène, trouver des lits d’hôpitaux disponibles ou organiser des collectes de solidarité. En parallèle, sa popularité s’est accompagnée d’un pic des fake news dans les conversations de groupe. Nombre de messages massivement partagés sont à caractère pseudo-scientifique, xénophobe et fanatique.

L’application a presque remplacé les médias traditionnels. À l’heure actuelle, le pays fait face à un gros problème de désinformation à cause de la confusion et des inquiétudes provoquées par la Covid-19.

Photo d’Alexander Shatov – Unsplash.com

En réaction à la pandémie, beaucoup se sont ressourcés en informations auprès des réseaux sociaux.

Un étudiant indien a publié qu’il avait trouvé un remède à la Covid-19 en mélangeant du poivre noir, du miel et du jus de gingembre. Mariné pendant cinq jours, ce tonique éliminerait le virus. Très vite, le message est devenu viral, partagé entre familles et amis via WhatsApp.  

La plateforme la plus populaire en Inde

WhatsApp est la plateforme de messagerie la plus populaire en Inde, avec environ un demi-milliard d’utilisateurs. De nombreuses entreprises ont même fermé leurs magasins et se sont tournées vers l’application pour vendre.

Les fake news sur WhatsApp ont eu des répercussions dévastatrices dans ce pays à plus d’un milliard d’habitants. La pandémie n’a fait qu’accroître le problème. L’un des premiers cas enregistrés de violence liée à WhatsApp en Inde remonte à 2017. À cause de rumeurs sur des enlèvements d’enfants, une foule a brûlé vif des adolescents et le massacre a été organisé sur WhatsApp.

A lire aussi : 6 options de confidentialité à activer sur WhatsApp

Un mal qui gangrène depuis 2014

WhatsApp a été lancé en Inde en 2010. Certains pensent que les infox ont gagné du terrain depuis la campagne du Premier ministre de 2014. Le fait est que le parti Bharatiya Janata Party (BJP) de Narendra Modi, appartenant au groupe extrémiste hindou Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), avait utilisé l’application pour faire valoir son programme.

« Nous devrions être capables de diffuser tous les messages que nous voulons au public, qu’ils soient doux ou aigres, vrais ou faux. Les fake news sont aussi un moyen de diffuser une idéologie, d’influencer et de convertir les croyants. »

Amit Shah, président du BJP, en 2018

En 2020, Facebook, la société mère de WhatsApp, a investi 5,7 milliards de dollars en Inde. Selon les analyses, le budget alloué à la lutte contre la désinformation parmi cette somme est loin d’être suffisant.

Mots-clés whatsapp