WhatsApp : la mauvaise surprise de ce début d’année

WhatsApp vient de mettre à jour sa politique de confidentialité et de nouvelles mesures ont été annoncées. A compter du 8 février, les utilisateurs devront impérativement accepter de partager leurs données avec Facebook… sous peine de perdre l’accès à leur compte.

Voilà une nouvelle qui risque de ne pas faire plaisir à tout le monde.

Photo d’Alfredo Rivera – Pixabay.com

WhatsApp annonce en effet clairement la couleur : désormais, si vous voulez continuer à utiliser l’application, vous devrez accepter de partager vos données avec Facebook.

WhatsApp va vous imposer le partage de vos données avec Facebook

Si vous ne le faites pas, alors il faudra renoncer à utiliser la solution.

En soi, la nouvelle n’est pas très surprenante. WhatsApp avait déjà fait un premier pas dans cette direction l’été dernier en apportant des modifications de fond à ses conditions. Toutefois, l’utilisateur pouvait encore décider de ne pas partager ses données avec Facebook.

A compter du mois prochain, le refus ne sera plus possible. Pas si vous voulez conserver un accès à la messagerie, en tout cas. Les personnes ne souhaitant pas partager leurs données avec Facebook devront en effet renoncer à utiliser WhatsApp et ils perdront ainsi accès à leur compte.

Selon WhatsApp, cette décision a été prise dans l’intérêt de l’utilisateur. Grâce à ce partage de données, la maison mère sera en effet en mesure d’améliorer l’expérience utilisateur et de faire en sorte que le service devance nos besoins. Dans les faits, bien sûr, la réalité est un peu différente et ce partage de données va surtout permettre à Facebook d’afficher des publicités plus pertinentes et donc de gagner de l’argent avec les données des utilisateurs de WhatsApp.

A lire aussi : 5 conseils pour éviter de se faire arnaquer sur WhatsApp

Une obligation pour continuer à utiliser le service

Alors bien sûr, chiffrement oblige, nos messages resteront protégés, mais ce sont toutes les données autour qui pourront être réutilisées par Facebook. Comme la fréquence de nos connexions, par exemple, notre localisation ou encore les personnes avec qui nous interagissons le plus.

Si la nouvelle ne manquera pas – à raison – de faire grincer quelques dents, elle était finalement attendue. Tout comme Instagram, WhatsApp appartient à Facebook et il a coûté suffisamment cher à la firme pour que cette dernière cherche désormais à le rentabiliser.

A lire aussi : Attention, l’arnaque au code de WhatsApp est de retour pour le Nouvel An

Reste que ce sont finalement les outils de messagerie alternatifs qui ont le plus à gagner dans l’affaire. Face à la situation, il ne serait en effet pas étonnant que Telegram et Signal récupèrent quelques utilisateurs en plus.

Mots-clés whatsapp