WhatsApp met à disposition une hotline pour lutter contre la désinformation

Facebook est détenteur de l’une des plus grosses messageries sur nos smartphones : WhatsApp. Et depuis plusieurs mois, la firme lutte à fond contre la désinformation à travers de nouvelles mesures pour faire face à ces ingérences. Autant dire que WhatsApp n’y échappe pas.

L’application limite par exemple le nombre de messages pouvant être transférés pour éviter une diffusion massive d’une potentielle fausse information. Mais désormais, WhatsApp a décidé de déployer une nouvelle mesure, dans un premier temps en Inde.

WhatsApp a commencé à bannir les personnes utilisant une version modifiée de l'application

C’est une hotline permettant de vérifier si une information diffusée dans la messagerie est fausse, ou non.

C’est The Verge qui révèle la mise en place de ce numéro dans un pays où la désinformation serait très présente. De nombreux épisodes de lynchages ont eu lieu suite à la diffusion de fausses informations.

Cette hotline répond au doux nom de CheckPoint et intervient avant les élections législatives en Inde.

Une hotline que peuvent appeler les citoyens indiens

Comme le rapporte The Verge, c’est une hotline un peu spéciale, lancée par WhatsApp, qui est déployée en Inde pour les élections législatives.

Les citoyens indiens pourront appeler le numéro et demander si telle ou telle information partagée sur le service de messagerie est réelle, ou non. Autant dire une grande entreprise lancée par WhatsApp, partenaire d’autres sociétés, pour gérer au mieux les ingérences.

Il faut dire que cette lutte est devenue le nouveau combat de Facebook, maison-mère de la messagerie, depuis de nombreux mois – et après le scandale Cambridge Analytica.

WhatsApp explique notamment qu’avec des sociétés spécialisées, ce dernier pourrait contribuer au mieux à la « sécurité des élections » grâce à des moyens mis à disposition des citoyens pour vérifier la véracité d’une information. La hotline aura également comme but de dissuader quiconque de diffuser des messages considérés comme faux.

Avec son milliard d’utilisateurs, les risques de recevoir de fausses informations est donc grande pendant cette période sensible d’élections législatives en Inde. Reste à savoir si le succès sera au rendez-vous pour cette hotline qui, après un déploiement en Inde, pourrait bien arriver dans d’autres pays. Avec la forte place des réseaux sociaux, la présence de fausses informations est plus que jamais présente et beaucoup d’internautes ne savent les différencier du vrai.

Mots-clés whatsapp