WhatsApp s’attire aussi les foudres de ses modérateurs

WhatsApp a été quelque peu malmené depuis l’annonce de ses nouvelles CGU, mais ce sont à présent les modérateurs de l’entreprise qui veulent faire entendre leur voix. Certains d’entre eux lui reprochent en effet de ne pas tous les traiter sur un même pied d’égalité.

Les modérateurs en question ont tous pour point commun d’être en charge des contenus espagnols.

Un homme se tenant le visage dans les mains
Image par StockSnap de Pixabay

Ensemble, ils ont rédigé un courrier – intercepté par The Verge – dans lequel ils reprochent à leur employeur de ne pas leur faire bénéficier de la prime de 2 $ octroyée aux autres modérateurs bilingues.

Chez Accenture, les modérateurs bilingues ne touchent pas la prime prévue

D’après eux, tous les modérateurs bilingues travaillant pour WhatsApp et ses sous-traitants toucheraient en effet une prime de 2 $ par heure. Tous, à l’exception de ceux maîtrisant à la fois l’anglais et l’espagnol.

Les modérateurs à l’origine de l’initiative travaillent tous à Austin, au Texas, et ils sont en réalité employés par Accenture, un sous-traitant de WhatsApp et de Facebook.

La lettre est assez directe. Les modérateurs impliqués s’estiment en effet lésés par ces inégalités :

“Depuis plusieurs années maintenant, Accenture, Facebook et Whatsapp refusent l’égalité de traitement et de rémunération aux travailleurs intérimaires de langue espagnole. C’est une insulte pour des entreprises comme Facebook et Accenture de défendre publiquement la diversité, mais de ne pas l’offrir à leurs propres employés.”

Courrier envoyé par les modérateurs de WhatsApp

A lire aussi : GB WhatsApp, attention à la suspension de compte

Ils demandent à être traités comme les autres employés

Facebook, comme tous les GAFAM, a en effet fait de la diversité sa priorité et Mark Zuckerberg ne perd jamais une occasion de le rappeler. Les modérateurs signataires de cette lettre demandent donc à ce que les déclarations du groupe soient suivies d’actions concrètes.

En conséquence, ils exigent que la prime de 2 $ leur soit octroyée, avec rétroactivité.

La lettre a été envoyée à Mark Zuckerberg, mais également à Will Cathcart, le PDG de WhatsApp, et Julie Sweet, la PDG d’Accenture. Elle a ensuite été publiée sur Workplace, la plateforme de communication interne utilisée par Facebook.

Il faut d’ailleurs souligner que ces exigences ne sont pas nouvelles. Cela fait plusieurs années que les employés d’Accenture demandent un traitement égal. En pure perte. Faute de réaction, ces derniers ont donc décidé de passer à la vitesse supérieure et d’interpeler les PDG des groupes pour lesquels ils travaillent.

A lire aussi : WhatsApp ne va pas devenir payant

Une lettre envoyée aux PDG de Facebook, WhatsApp et Accenture

Suite à la publication de l’article de The Verge, Accenture a répondu en expliquant :

“Nous nous efforçons de nous assurer que tous nos employés soient rémunérés de manière juste et équitable avec une rémunération adaptée au marché. Nous avons un engagement indéfectible en faveur de l’égalité et de la tolérance zéro pour le racisme, le sectarisme et la haine de toutes sortes.”

Porte-parole d’Accenture

Facebook, lui, n’a pas encore répondu aux demandes de commentaire de The Verge.

Mots-clés whatsapp