Web

Whozat, pour tout trouver sur quelqu’un…

Votre voisin ne vous revient pas ? Votre patron vous agace ? Vous recherchez un ami que vous avez perdu de vue depuis plusieurs années déjà ? Et bien tant mieux, ça veut dire que Whozat est fait pour vous. Car avec ce moteur de recherche très particulier, vous allez pouvoir trouver plein d’informations sur qui vous voulez…

On ne s’en rend pas compte mais on a toujours tendance à laisser traîner plein d’informations derrière soi. Surtout sur Internet, qui n’est pas aussi bordélique qu’on le croit. D’ailleurs il en est même très loin. Et oui, personne n’est à l’abri, sachez le, et tout finit toujours par se voir, même par se savoir.

Et Whozat en rajoute encore une couche puisque ce moteur de recherche vous permet de trouver un tas d’informations compromettantes sur vraiment n’importe qui. Son fonctionnement est très simple : il vous suffit de saisir le nom et le prénom de quelqu’un pour trouver tout ce qui se rattache à son identité numérique. D’un côté, il va donc aller examiner certains réseaux sociaux (comme LinkedIn, Facebook, MySpace ou encore FriendFeed, pour ne citer qu’eux) et, de l’autre, il va aussi aller chercher des informations sur le net.

Alors évidemment, on peut déjà trouver plein d’informations sur n’importe qui en passant par les moteurs de recherche existant. Tout le monde, ou presque, s’est déjà googlé au moins une fois, non ? Ce n’est pas faux, mais il faut reconnaître que l’algorithme proposé par Whozat est assez bluffant. D’après les différents tests menés, il semblerait même qu’il soit plus pertinent que… Google ! Du moins en ce qui concerne la recherche de personnes, évidemment…

Toujours est-il que ce service m’a donné l’idée d’organiser un petit concours sans obligation d’achat : celui (ou celle, je ne suis pas misogyne) qui trouvera l’information la plus dégradante sur moi gagnera un billet dédié à son blog, à son site ou à tout ce qu’il veut d’autre (dans la limite de la légalité et du raisonnable, évidemment).

S’il est pas sympa, le Fred, hein… :)

Mots-clés délireweb 2.0