Woolim, la tablette espionne de la Corée du Nord

La Corée du Nord n’a rien d’une démocratie. Kim Jong Un règne sur l’ensemble du territoire et il n’hésite pas à supprimer ses opposants et à restreindre l’accès aux informations de la population. L’homme est surtout connu pour sa politique autarcique et son indifférence extrême au modèle capitaliste américain. Ni le web, ni les réseaux sociaux n’y sont accessibles. Le régime limite tout contact de ses citoyens avec l’extérieur.

Pourtant, une nouvelle tablette vient de faire une apparition très remarquée sur le territoire : la Woolim.

Woolim

La Corée du Nord a maintenant sa tablette, et elle n’est pas très jolie.

Élaborée par le constructeur chinois Hoozo, cette tablette est assez particulière. Elle a été conçue pour espionner la population, au travers d’un Android spécialement modifié pour être adapté à la politique nord-coréenne.

Woolim, une tablette pas comme les autres

Repérée pour la première fois par Motherboard, elle a été présentée durant le Chaos Communication Congress (CCC) qui s’est récemment tenu en Allemagne. Il s’agit d’un festival consacré à la culture du hacking.

Cette tablette n’est donc pas un produit comme les autres. À la différence de ses concurrentes, elle est en effet un instrument étatique configuré pour espionner les citoyens. Woolim dispose donc d’une fonctionnalité incontournable préétablie par le terminal : c’est le screenshot.

À chaque fois que l’utilisateur lance une application, une capture d’écran s’effectue automatiquement. Elle ne sera ni visible ni effaçable.

Grâce à ces captures écran, les autorités nord-coréennes pourront savoir en un instant ce que les particuliers et les entreprises ont fait avec cette tablette. Ces éléments seront utilisés au cours des enquêtes pour déterminer la culpabilité des personnes soupçonnées d’avoir enfreint les règles édictées par le gouvernement.

Des fonctionnalités limitées

Woolim est vendue à un prix avoisinant les 160 à 200 euros. Ses fonctionnalités sont extrêmement limitées. La navigation sur des sites étrangers est interdite et l’appareil n’intègre ni Bluetooth, ni Wifi. Il peut se connecter uniquement sur le réseau interne à la Corée du Nord.

Ainsi, les utilisateurs ne pourront télécharger que des données approuvées par le pouvoir en place.

Il est totalement impossible d’installer des applications tierces sur l’appareil. Les utilisateurs doivent ainsi se contenter d’outils basiques comme une visionneuse photo, une suite bureautique ou même un accès à la télévision locale. Elle comporte cependant quelques jeux mobiles, et notamment une copie de l’incontournable Angry Birds.

Mots-clés insolite