Xbox de Microsoft n’en a pas encore fini avec les acquisitions de studios

Phil Spencer persiste et signe : Xbox vise encore les étoiles pour son portfolio de studios first-party, et de nouvelles acquisitions ne sont certainement pas à exclure.

Dans une interview pour le Wall Street Journal, l’homme à la tête de la branche gaming de Microsoft confirme que la firme américaine “n’en a certainement pas fini” avec les acquisitions de studios de développement.

Quand vient la question de l’avenir de la marque Xbox sur le plan des acquisitions, Spencer se veut clair : il n’y a aucune limite quant à ces dernières, et Microsoft n’est pas prêt de s’arrêter. “Nous n’en avons certainement pas fini. Il n’y a pas de quota, pas de date limite où nous devons acquérir un des studios avant un moment précis, mais si nous trouvons un studio qui nous convient… absolument.

En novembre dernier, Microsoft avait secoué l’industrie du jeu vidéo en annonçant l’acquisition du géant ZeniMax, regroupant un large éventail de studios de renoms comme Bethesda, Arkane Studios, MachineGames ou encore Tango Gameworks, pour la coquette somme de 7.5 milliards de dollars.

Ce rachat a profondément altéré le paysage vidéoludique des années à venir, avec dans l’horizon l’arrivée d’accord d’exclusivités inévitables entre les futurs blockbusters Bethesda, comme Starfield, et les consoles Xbox. Cette nouvelle profession de fois de la part de Spencer laisse entendre que des annonces de taille seraient à prévoir à l’avenir.

Microsoft se tient loin du hardware VR

Spencer a également abordé le sujet de la réalité virtuelle au cours de cet interview, dans des propos rapportés par le site VideoGamesChronicles : “Je pense que quant on parle d’immersion, on parle de réalité augmentée, réalité virtuelle, je dirai même “metaverse” qui semble être le mot qui buzze ces jours-ci” déclare-t-il ainsi en référence au récent projet de Facebook dans le domaine.

S’il affirme que Microsoft “croit énormément en cette plateforme de logiciel et aux appareils” liés à la VR, il réaffirme ne pas vouloir investir dans le hardware VR à l’heure actuelle. “J‘applaudis ce que fait Sony, j’applaudis ce que fait Oculus, ce que Valve a fait. Il y a beaucoup d’acteurs qui font du super boulot avec la VR. Mais oui, nous allons pour le moment rester, en tant qu’entreprise, dans le côté software de l’espace consommateur, et je pense que c’est un pari gagnant.”