Xiaomi est à présent sur la liste noire de Donald Trump (MAJ)

Donald Trump a ajouté un nouveau constructeur à sa liste noire, un constructeur très réputé et qui compte de nombreux fans à travers le monde : il s’agit de l’incontournable Xiaomi.

Accusé une fois de plus de collusion avec le gouvernement chinois, le constructeur se retrouve donc dans le collimateur de l’administration du président sortant. Les entreprises américaines spécialisées dans les valeurs mobilières ou les investissements n’ont donc plus le droit d’investir dans son activité et celles de ses différentes filiales.

Crédit : Xiaomi

Toute la question étant bien entendu de savoir si cette décision sera maintenue par le prochain président.

Xiaomi sur la liste noire de l’administration Trump

Donald Trump a effectivement perdu face à Joe Biden lors des dernières élections américaines. Et si l’homme fort de la Maison Blanche a tout mis en oeuvre pour tenter de faire fléchir le scrutin, il n’a pas été en mesure de changer les résultats de ces élections.

Joe Biden prêtera donc serment le 20 janvier 2021 avant de prendre sa présidence. Charge lui reviendra alors d’examiner les dossiers en cours et de revenir – ou de confirmer – les décisions prises par son prédécesseur.

Concernant Xiaomi, cette décision risque bien entendu d’avoir un impact sur l’activité de l’entreprise. Un impact en revanche un peu plus mesuré que pour Huawei. A ce stade, la décision de Donald Trump vise uniquement les investissements. Les autres entreprises américaines peuvent donc continuer à traiter avec le géant chinois.

A lire aussi : Donald Trump a autorisé l’utilisation du nucléaire dans l’espace

Une situation un peu différente que pour Huawei

En d’autres termes, et sauf en cas d’aggravation, Xiaomi pourra continuer à livrer ses téléphones avec les applications et les services de Google. L’entreprise perdra en revanche le soutien des investisseurs américains, ce qui ne devrait cependant pas non plus mettre son activité en péril.

Ceci étant, cette décision va aussi amplifier les tensions entre les Etats-Unis et la Chine. Les rapports entre les deux puissances n’étant pas spécialement au beau fixe depuis que les mesures prises contre Huawei.

Si l’on peut en tout cas s’étonner de la décision prise par Donald Trump, l’homme quittera la Maison Blanche dans cinq jours, elle nous donne au moins un aperçu de ce qu’aurait pu être son second mandat.

Reste maintenant à savoir comment se positionner son successeur sur toutes ces affaires.

MAJ : Xiaomi nous a contactés afin de nous soumettre cette déclaration :

Xiaomi s’est conformée à la loi et a oeuvré conformément aux lois et réglementations des juridictions dans lesquelles elle exerce ses activités.

La Société rappelle qu’elle fournit des produits et services à usage civil et commercial. La Société confirme qu’elle n’est pas détenue, contrôlée ou affiliée à l’armée chinoise et qu’elle n’est pas une «société militaire communiste chinoise» définie dans la NDAA. La Société prendra les mesures appropriées pour protéger les intérêts de la Société et de ses actionnaires.

Porte-parole de Xiaomi

Mots-clés xiaomi