Xiaomi n’atteindra pas ses objectifs de vente en 2021, la faute à la pénurie de puces

La pénurie actuelle de semi-conducteurs continue de faire des dégâts. Dernier acteur du marché des smartphones à en pâtir, le géant chinois Xiaomi. La firme chinoise vient en effet d’annoncer que ses objectifs pour l’année 2021 ne seront pas atteints, avec 10 à 20 millions d’unités de moins que prévu.

Il faut savoir que ce n’est pas uniquement le secteur des smartphones, tous segments confondus, qui fait les frais de la pénurie de puces qu’expérimente actuellement le monde. Pénurie qui est justement appelée à durer au moins jusqu’en 2023. Plusieurs autres secteurs à l’instar de celui du high-tech et de l’automobile sont également durement affectés.

Bureaux-xiaomi-beijing
Image de askarimullin par 123RF.COM

Ceci dit, comparées aux chiffres de 2020, les affaires sont plutôt bonnes pour Xiaomi. Selon les prévisions, cette année devrait en effet se conclure sur une croissance de 30% des ventes par rapport à celles enregistrées l’année dernière.

L’objectif à 200 millions d’unités livrées ne sera pas atteint

Selon le récent rapport Nikkei, Xiaomi s’est fixé l’ambitieux objectif de livrer 200 millions de smartphones en 2021. Chose qui ne sera finalement pas possible eu égard aux contraintes imposées par la pénurie que traverse actuellement le monde. Le rapport indique ainsi que la situation a impacté la fourniture de “10 à 20 millions d’unités” chez le numéro 3 du marché des smartphones.

D’ailleurs, la situation est telle que la pression devrait beaucoup se ressentir sur ce dernier trimestre 2021, selon Wang Xiang, le président de la firme. Situation qui devrait perdurer jusqu’au second trimestre 2022 et s’améliorer à partir du troisième trimestre de l’année prochaine.

Xiaomi arrive malgré tout à tirer son épingle du jeu

On peut tout de même dire que la firme chinoise pourra clôturer l’exercice 2021 dans de bonnes dispositions. En effet, les estimations prévoient une hausse de 30% des ventes de smartphones pour cette année comparée à l’année dernière. De bons chiffres portés par une demande relativement stable, que ce soit pour les terminaux 4G que pour ceux plus récents fonctionnant sur la 5G.

Par ailleurs, Xiaomi compte encore grappiller des parts de marchés, merci à la place laissée vide par un Huawei toujours en difficulté sur le marché américain à cause des restrictions. Une conjoncture qui fait les affaires de l’actuel numéro 3 des smartphones, qui n’a jamais caché ses ambitions d’occuper un jour le premier rang mondial.