XMM-2599, la galaxie ultramassive qui s’est très vite éteinte

Les astronomes ne cessent de découvrir de nouvelles choses intéressantes dans l’immensité de l’Univers. Dernièrement, c’est une galaxie monstre se trouvant à une distance de 12 milliards d’années-lumière de la Terre que les scientifiques ont réussi à détecter. À une telle distance, ce que l’on peut voir de cette galaxie est son état lorsque l’Univers était encore jeune, c’est-à-dire il y a 12 milliards d’années.

La galaxie nouvellement découverte a été nommée XMM-2599, et d’après Benjamin Forrest, un chercheur postdoctoral au département de physique et d’astronomie de l’University of California Riverside (UCR), elle a déjà formé une masse équivalant à 300 milliards de soleils. XMM-2599 peut ainsi être qualifiée de galaxie ultramassive.

Crédits Pixabay

La particularité de cette galaxie monstre est qu’elle s’est développée de façon très rapide, et puis s’est également éteinte très rapidement sans que les scientifiques ne sachent pourquoi.

Une évolution très rapide

Les chercheurs derrière la découverte de XMM-2599 ont utilisé un instrument du nom de MOSFIRE ou Multi-Object Spectrograph for Infrared Exploration pour détecter la galaxie ultramassive et en connaître la masse. Le MOSFIRE est installé sur un télescope du Keck Observatory à Hawaii.

La particularité de la galaxie XMM-2599 réside dans le fait qu’elle a formé ses étoiles de façon très rapide bien avant que l’Univers ne soit âgé d’un milliard d’années. D’après les scientifiques, la galaxie a produit des étoiles équivalant à plus de 1000 soleils par an durant sa période de grande activité.

En comparaison, la Voie Lactée produit actuellement en moyenne une étoile équivalant à la masse du soleil par an.

Toutefois, cette activité s’est arrêtée avant que l’Univers ne soit âgé de 1,8 milliard d’années. Jusqu’ici, les astronomes ne sont pas encore arrivés à expliquer les raisons de ce phénomène.

Une curiosité de la nature

Selon les explications de Gillian Wilson, coauteur de l’étude et professeur de physique et d’astronomie à UCR, même si les galaxies aussi massives étaient très rares à l’époque, les modèles prédisent quand même leur existence. Toutefois, les modèles prédisent aussi que les galaxies de ce genre continuent de produire des étoiles, ce qui n’est pas le cas de XMM-2599. D’après Wilson, il s’agit d’un cas inhabituel et très intéressant.

Les chercheurs vont continuer à observer la galaxie XMM-2599 pour en savoir plus sur elle et essayer de trouver des réponses aux questions la concernant. Les astronomes sont aussi curieux de savoir ce qu’il est advenu de cette galaxie puisque n’oublions pas que ce que l’on peut voir actuellement représente son état il y a de cela 12 milliards d’années.

Mots-clés astronomie