YouTube : 58 millions de vidéos inadaptées ont été supprimées entre juin et juillet

Face aux diverses pressions des gouvernements, institutions et organismes, les médias sociaux continuent de renforcer les mesures à l’encontre des contenus jugés inappropriés. Du côté de YouTube, la plateforme de partage vidéo a annoncé avoir supprimé plusieurs dizaines de millions de séquences en l’espace de quelques semaines.

Le service a dévoilé qu’entre juin et juillet 2018, son système de modération est parvenu à détecter et supprimer près de 58 millions de vidéos dont le contenu était décrit comme violent, raciste, haineux ou encore inapproprié pour les enfants, en l’occurrence des scènes de nu.

YouTube

YouTube a également annoncé la suppression d’environ 1,67 million de chaînes ainsi que de 224 millions de commentaires sur sa plateforme.

Modération et intelligence artificielle

Depuis cette année, YouTube a pris l’habitude de publier des rapports trimestriels sur ses efforts concernant une meilleure modération de son site. La plateforme de streaming donne également des détails sur les outils qu’elle utilise. Elle révèle ainsi que la grande majorité des vidéos inappropriées sont détectées rapidement et automatiquement grâce à l’intelligence artificielle.

Par contre, pour ce qui est des réactions et des commentaires haineux ou insultants, YouTube admet que la détection automatique n’est pas suffisante. La société explique alors que la modération s’appuie surtout sur les signalements effectués par les internautes.

Les gouvernements font pression

Depuis plusieurs mois, les autorités ainsi que de nombreux organismes à travers le monde, en particulier aux États-Unis, en Europe et en Asie, se mobilisent pour stopper la prolifération des contenus extrémistes sur les réseaux sociaux.

En plus de YouTube, d’autres médias sociaux comme Facebook et Twitter ont été sommés de trouver au plus vite un moyen efficace pour identifier et supprimer rapidement les contenus qui incitent au racisme et à la violence. L’Union européenne a même proposé qu’une lourde amende soit infligée lorsque les contenus jugés inadaptés ne sont pas supprimés dans l’heure qui suit la publication.

Du côté de YouTube, la menace a été prise au sérieux puisque Google a engagé près de 10 000 modérateurs en plus pour étoffer son équipe déjà conséquente. Le but est d’arriver à détecter les contenus inadaptés avant qu’ils ne soient largement visionnés par les internautes.

Mots-clés youtube