YouTube a fermé deux chaînes spécialisées dans les « techniques de drague » dans la rue

YouTube vient de fermer les chaînes Addy A-Game et Street Attraction, spécialisées dans les techniques de drague. Elles étaient gérées par des « pick-up artists » ou PUA, considérés comme des « artistes de la drague ». En effet, un PUA désigne un homme considéré comme particulièrement habile dans l’art de la séduction.

Les deux chaînes ont été bannies de la plateforme suite à des enquêtes réalisées par des médias et les forces de l’ordre.

Femme dans la rue

Crédits Pixabay

L’investigation a été lancée par Panorama et BBC Scotland’s Disclosure. L’objectif de l’enquête était de mettre au grand jour les secrets du commerce mondial des techniques de drague. La plateforme de partage de vidéos a jugé que les contenus diffusés à travers ces deux chaînes ne sont pas conformes à ses règles concernant la nudité et la conduite sexuelle.

Notons que la chaîne Addy A-Game était dirigée par le dénommé Adnan Ahmed, tandis que Street Attraction a été fondée par Eddie Hitchens.

Coupable de comportement violent et abusif envers les femmes

Des exploits sexuels des artistes auraient été diffusés à travers les comptes. Les enquêteurs ont repéré de prétendus enregistrements secrets de femmes ayant des rapports sexuels.

Selon YouTube, « Adnan Ahmed, 38 ans, a été reconnu coupable de cinq chefs d’accusation au tribunal du shérif de Glasgow », en septembre dernier. Selon le rapport de la police, son comportement envers les jeunes femmes était menaçant, violent et abusif.

Concrètement, il a publié des vidéos de lui-même en train d’accoster des dizaines de femmes à Glasgow et en Europe de l’Est.

Pour préserver la sécurité de la communauté

En outre, Street Attraction organisait un bootcamp spécialisé dans « l’enseignement des techniques pour séduire les femmes ». Myles Bonnar, un reporter, s’y est infiltré. Il a rapporté que des thèmes comme « comment vaincre la résistance de dernière minute ? » y ont été abordés.

Eddie Hitchens a insisté sur le fait que lui et son équipe n’ont rien fait de mal, et que tout était « complètement consensuel ». « Nous aidons les hommes…donc si nous aidons à prévenir le viol, nous les aidons à ne pas être impliqués dans des activités illégales ou non consensuelles », a-t-il déclaré à la BBC.

Néanmoins, YouTube a précisé que la plateforme « interdit strictement tout contenu sexuel, graphique ou harcelant explicite. » « Rien n’est plus important que de protéger la sécurité de notre communauté, et nous continuerons d’examiner et de peaufiner nos politiques dans ce domaine », a-t-elle ajouté.

Mots-clés youtube