YouTube a fermé la chaîne d’extrême droite TVLibertés

Ces derniers temps, YouTube est en proie à une foule de problèmes liés au contenu publié sur la plateforme. En raison de tous les soucis qu’elle a déjà rencontrés, la firme s’est montrée très stricte quant au respect des règles en matière de contenu.

Comme nous le prouvent les derniers rebondissements, même les partis politiques n’ont pas le droit d’enfreindre ces règlements.

En raison d’une « atteinte aux droits d’auteurs, » YouTube a décidé de fermer la chaîne de télévision de l’extrême droite française TVLibertés. Contrairement à ce que les défenseurs du parti affirment, il semblerait que YouTube ait déjà envoyé plusieurs avertissements avant d’être finalement contraint de fermer la chaîne.

La présidente de la RN, Marine Le Pen, n’a pas manqué de commenter cet évènement via son compte Twitter.

Une fermeture justifiée ?

Selon un représentant de la plateforme, TVLibertés avait déjà reçu trois avertissements avant que les responsables de YouTube ne soient contraints de fermer sa chaîne.

« Le compte a été clôturé, car nous avons reçu, à plusieurs reprises, des réclamations de tiers pour atteinte aux droits d’auteur concernant le contenu publié par cet utilisateur. » déclare le message publié sur l’interface de l’ancienne adresse de la chaîne.

Les partisans de l’extrême droite affirment cependant que cette fermeture est arbitraire et que rien de la justifie. Plusieurs figures politiques n’ont pas tardé à exprimer leurs mécontentements sur le sujet. « YouTube a bloqué la diffusion du journal télévisé du jeudi 14 juin 2018 pour atteinte aux droits d’auteur. Une mesure inédite et fausse. En effet, nous pouvons aisément faire valoir le droit de citation. » a notamment déclaré Martial Bild, le président de la chaîne.

Une opinion plus ou moins partagée

De son côté, Marine Le Pen a dit sur Twitter : « Comptes Twitter ou Facebook suspendus ou fermés sans aucune justification, loi sur les fake news, fermeture de la chaîne YouTube de @tvlofficiel… : le mandat de #Macron marque un recul massif de nos libertés d’opinion et d’expression. Ça commence vraiment à faire peur ! »

Il n’y a pas que les partisans RN qui ont dénoncé cette censure. Nicolas Dupont-Aignan (président de Debout la France) et Jean-Frédéric Poisson (président du Parti Chrétien-Démocrate) ont également exprimé leur crainte quant à ce qui a été qualifié par certains de la prohibition.

TVLibertés a récemment annoncé que la diffusion de son journal via son site web est de nouveau disponible bien que d’autres vidéos soient encore bloquées.

Mots-clés webyoutube