YouTube a supprimé des vidéos faisant la promotion d’un site de triche pour les devoirs

YouTube a visiblement une dent contre la triche. Preuve en est, la plateforme a supprimé des centaines de vidéos faisant la promotion d’un site spécialisé dans la triche pour les devoirs suite à la diffusion d’une enquête de longue haleine de la BBC la semaine dernière.

L’enquête en question est disponible à cette adresse. Elle a été publiée le 1er mai dernier et elle portait sur un site du nom d’EduBirdie.

YouTube

Basé en Ukraine, ce dernier permettait aux étudiants d’acheter leurs essais et leurs rédactions en ligne au lieu de les faire eux-mêmes.

Quand des YouTubeurs font la promotion d’un site spécialisé dans la triche aux devoirs

Histoire de toucher un vaste public et de trouver de nouveaux clients, l’entreprise ukrainienne a eu l’idée de recourir aux services d’une centaine de Youtubeurs et de les rémunérer afin de promouvoir son site.

En tout, plus de 1400 vidéos promotionnelles ont ainsi été mises en ligne, des vidéos totalisant un peu plus de 700 millions de vues à elles seules.

Pour assurer la promotion de sa plateforme, EduBirdie ne s’est pas limité à un profil en particulier et l’entreprise s’est ainsi tournée vers des influenceurs très différents les uns des autres avec, parmi eux, des collégiens âgés de seulement douze ans.

Plusieurs personnalités ont également été sollicitées par la plateforme, des personnalités à la tête de chaînes comptant plusieurs centaines de milliers d’abonnés comme Adam Saleh ou encore JMX.

Des centaines de chaînes touchées

L’initiative a bien entendu choqué les représentants du milieu scolaire. Sam Gyumah, le Ministre britannique des Universités, de la Science, de la Recherche et de l’Innovation, a qualifié ces vidéos de pernicieuses et choquantes dans la mesure où elles présentent la triche comme un véritable mode de vie. Il s’en est également pris vivement à YouTube en déclarant que la plate-forme avait sa part de responsabilité.

YouTube a rapidement réagi cependant et l’entreprise a ainsi supprimé la plupart des vidéos incriminées. Elle a également pris contact avec les influenceurs concernés afin de leur signifier la chose, tout en leur rappelant qu’ils sont tenus de respecter ses conditions d’utilisation.

Boosta, l’entreprise à l’origine du site EduBirdie, ne comprend pas les réactions suscitées par son site et elle a notamment indiqué qu’elle n’avait pas cherché à orienter le discours de ses influenceurs de quelque manière que ce soit. Ces derniers étaient effectivement libres de présenter le service comme ils l’entendaient.

Mots-clés webyoutube