YouTube accusé de diffuser de la publicité sur des vidéos conspirationnistes

Depuis mars 2018, YouTube est en guerre contre les fake news car la plateforme est devenue l’une des cibles préférées des créateurs de vidéos conspirationnistes. Pour lutter efficacement contre ce genre de contenus, la filiale de Google s’est associée à Wikipédia pour afficher des informations vérifiées en dessous des vidéos conspirationnistes les plus célèbres.

Malgré ces efforts, YouTube semble encore avoir du mal à gérer les fake news. Récemment, la firme avait été copieusement critiquée pour avoir une fois de plus diffusé des publicités sur des vidéos conspirationnistes.

Les responsables de la plateforme avaient alors déclaré qu’il s’agissait d’une erreur et que les annonces étaient diffusées à leurs insu à cause des algorithmes.

En dépit de ces excuses, la société a perdu de nombreux annonceurs qui ont décidé de retirer leur publicité de la plateforme.

Des publicités accompagnant des fake news

YouTube avait pris des mesures drastiques pour éviter que les publicités des grands annonceurs n’accompagnent des vidéos propageant de fausses informations. La plateforme avait modifié ses consignes et a même embauché plus de modérateurs humains pour empêcher que les publicités apparaissent sur des contenus douteux, mais hélas, sans grands succès jusque-là.

D’après les rapports d’Adweek, les annonces des grandes compagnies apparaissent toujours avant des vidéos de fake news annonçant de fausses nouvelles médicales telles que les théories de conspiration touchant au virus du SIDA.

YouTube se met des annonceurs à dos

Undark a rapporté qu’une publicité pour une Toyota Corolla est apparue avant une vidéo conspirationniste dénonçant les tests et les traitements contre le VIH. Une annonce de Mercedes Benz précédait quant à elle une vidéo intitulée « The AIDS Myth Unraveled. » De son côté, Adweek a repéré des publicités pour la plateforme Wix, la société de matelas Saatva et la compagnie d’assurance Lemonade en visionnant des vidéos contenant des fake news sur le sida et le VIH.

Ces vidéos affirmaient que le VIH n’était pas dangereux et que les médicaments antirétroviraux sont plus dangereux que le VIH. Aucune communauté scientifique ou médicale n’a validé ces informations.

De telles vidéos pourraient porter préjudice aux personnes vivant avec le VIH ou à celles qui risquent de contracter le virus.

En réponse au rapport d’Adweek, YouTube s’est excusé et a déclaré que ce genre d’erreurs ne se reproduirait plus.

Mots-clés youtube