YouTube en a fini avec Alex Jones

Après avoir fait l’objet de nombreuses sanctions sur YouTube et Facebook, le couperet est tombé sur Alex Jones. La plateforme vidéo a pris la décision de supprimer définitivement la chaîne du conspirationniste texan et suit ainsi les traces d’Apple et de Facebook qui l’ont banni de leur plateforme le 6 juillet 2018.

Pour rappel, Alex Jones a fait l’objet de nombreuses critiques à cause des propos qu’il a tenus sur sa chaîne Infowars dans laquelle il privilégie la propagation de fake news et des messages haineux notamment à l’encontre de la communauté musulmane.

YouTube

En cliquant sur le lien menant vers la chaîne d’Alex Jones, les internautes se sont heurtés au message suivant : « Ce compte a été clôturé en raison du non-respect du règlement de la communauté YouTube. »

Infowars Live n’y échappe pas

Après avoir supprimé la chaîne qui comptait tout de même 2,4 millions d’abonnés, YouTube a ensuite jeté son dévolu sur la chaîne en direct Infowars Live. Toutefois, les chaînes InfoWars News et InfoWwars Documentaries sont toujours accessibles.

Un porte-parole de la plateforme de vidéo a tenu a expliqué le retrait des chaînes Infowars dans le communiqué suivant : « Tous les utilisateurs acceptent de se conformer à nos conditions d’utilisation et au règlement de la communauté lorsqu’ils s’inscrivent pour utiliser YouTube. Si des utilisateurs violents cette politique à plusieurs reprises, comme notre politique contre le discours haineux et le harcèlement ou notre interdiction de contourner nos mesures d’application, nous désactivons leur compte. »

La risée du web

Contrairement aux autres géants du web, YouTube a mis du temps avant de bannir Alex Jones de sa plateforme. Apple, Spotify et Facebook avaient déjà pris les devants en supprimant tous les contenus d’Alex Jones et d’Infowars.

Apple a été le premier à boycotter Alex Jones en supprimant tous les podcasts de l’application Podcast et d’iTunes à cause des discours haineux du Texan. Par la suite, Spotify a suivi le mouvement en retirant de sa plateforme les podcasts du conspirationniste.

Pour sa part, Facebook n’y est pas allé de main morte, car le réseau social a supprimé quatre pages appartenant à Alex Jones à savoir Alex Jones Channel, Alex Jones, Infowars et Infowars Nightly News.

Le cas d’Alex Jones a incité ces entreprises à modifier leur politique à l’égard des contenus haineux.

Mots-clés webyoutube