YouTube fait le ménage sur sa plateforme en supprimant les vidéos à caractère haineux

Depuis plusieurs mois, YouTube fait l’objet de nombreuses critiques en raison des commentaires haineux qui inondent la plateforme. Conscient que tout cela peut lui porter préjudice et soucieux de protéger ses créateurs de contenus, le site de vidéos a décidé de faire le ménage en supprimant une grande partie des vidéos pouvant susciter des commentaires haineux.

D’après la plateforme, c’est plus de 100 000 vidéos qui ont été supprimées depuis le début de cette purge virtuelle. Les chaînes n’y échappent pas non plus. En effet, c’est environ 17 000 chaînes réputées pour diffuser des discours haineux qui ont été bannies de YouTube.

youtube

Crédit photo PIXABAY

YouTube a indiqué que ces chiffres sont 5 fois supérieurs à ceux du premier trimestre.

Les commentaires haineux passent à la trappe

YouTube n’a pas chômé. La preuve : en plus d’avoir fait le tri parmi les vidéos et les chaînes, la plateforme a également supprimé un grand nombre de commentaires. Le chiffre communiqué par YouTube a de quoi étonner étant donné que c’est plus de 500 millions de commentaires à caractère haineux qui sont passés à la trappe.

Toutefois, dans sa démarche, YouTube n’a pas souhaité supprimer des commentaires à tort et a indiqué qu’il essayait de faire la différence entre les contenus haineux et ce qui relève de la simple liberté d’expression.

YouTube se plie aux règles de la Ligue Américaine Anti-Diffamation

YouTube a pris cette décision en raison d’une pression exercée par la Ligue Américaine Anti-Diffamation qui a pointé du doigt, en juin dernier, le « nombre significatif » de chaînes diffusant du contenu antisémite et suprémaciste blanc sur la plateforme. Cette ligue a également fait référence aux vidéos contenant des messages anti-LGBTQ et celles qui niaient l’Holocauste.

Peu de temps après cela, Susan Wojcicki, la boss de YouTube, a tenu à défendre la position de la plateforme à ce sujet. « S’engager dans la transparence n’est pas chose facile. Cela signifie parfois qu’il faut mettre de côté certains contenus, jugés controversés, voire même offensants, par le grand public. Mais je pense qu’entendre un large éventail de perspectives fait de nous une société plus forte et plus informée, même si nous ne partageons pas les mêmes opinions. »

En tout cas, suite à sa décision, YouTube doit de nouveau rentrer dans les bonnes grâces de la Ligue Américaine Anti-Diffamation.

Mots-clés youtube