YouTube : les services d’urgence débordés à cause des pranks

YouTube est en proie à des vidéos sans cesse plus farfelues les unes que les autres. Il n’y a plus de retenue, tout est bon tant qu’il y a beaucoup de vues. La stupidité couplée à l’incompétence devient attrayante. De multiples incidents surviennent quand on est trop imprudent et cela peut conduire aux urgences. Beaucoup de cascadeurs ou « pranksters » en font les frais. Rien qu’en 2017, les services d’urgence britanniques ont été appelés 2.794 pour des « infractions liées à YouTube ».

Les appels pour la police, les urgences ou bien les pompiers ont augmenté de deux tiers en à peine cinq ans. YouTube a pourtant déclaré que ses lignes directrices « interdisent le contenu destiné à encourager les activités dangereuses présentant un risque inhérent de préjudice physique. »

YouTube

Ce que nous voyons à l’écran ne reflète pas forcément la réalité. La réalisation de certaines vidéos est parfois assez éprouvante et dangereuse.

La stupidité dans sa splendeur

Il y a eu Jay Swinger, originaire de Wolverhampton en Angleterre, qui n’a rien trouvé de mieux que de coller sa propre tête dans une micro-onde avec du Pollyfilla. Ce monsieur est devenu en quelques minutes la risée nationale… et internationale.

Mark Meechan, âgé d’une trentaine d’années, originaire de Coatbridge, aurait appris au chien de sa petite amie à faire le salut nazi. Il a répété la vile phrase « gaz les juifs » au moins 23 fois dans le court métrage mis en ligne sur YouTube.

Les forces de l’ordre excédées

Des YouTubeurs ont déjà été emprisonnés par le passé à cause de leur vidéo qui simulait un faux cambriolage d’une galerie d’art située à Londres.

Les zones les plus touchées par des pranks menant à des incidents sont le Merseyside qui compte au total 457 appels rien que pour l’année 2017 et le West Yorkshire avec 393 appels et 39 interventions policières. Certaines forces de l’ordre ne répondent même plus à ces appels comme le cas de l’Essex.

Poster des vidéos sur YouTube est chose aisée maintenant, plus besoin d’attendre de rentrer à la maison et être devant son PC. Avec un smartphone, c’est amplement suffisant. Le fait de pouvoir poster n’importe quoi sur la plateforme inciterait-il d’inciter les internautes à faire des âneries ?

Mots-clés youtube