YouTube pourrait se lancer dans la vente en ligne

Depuis son rachat par Google, YouTube a énormément évolué, devenant un mastodonte sur la toile. Ainsi, le service compte deux milliards d’utilisateurs et génère des bénéfices colossaux. Google prend soin de son poulain, loin devant la concurrence comme Dailymotion qui accuse la société étasunienne de favoriser YouTube. Sans oublier que beaucoup de talents sont nés sur la plate-forme, vivant désormais de leurs vidéos publiées. Un hobby qui s’est professionnalisé et fait vivre plusieurs centaines de personnes aujourd’hui, dont certains affichent des millions de vues (quand le milliard n’est pas atteint).

Et YouTube compte toujours plus se diversifier, et penserait à une idée toute simple.

Page d'accueil de YouTube sur un ordinateur portable

Photo de Tymon Oziemblewski. Crédits Pixabay.

Cette idée ? Proposer de la vente en ligne. Mais pas sous n’importe quelle forme.

Les produits directement proposés dans les vidéos

Bloomberg explique que YouTube serait en pleine expérimentation, souhaitant devenir, notamment, une plate-forme de vente en ligne. Mais pas n’importe quelle plate-forme. YouTube ne veut pas se transformer ou Amazon, Aliexpress ou même eBay.

Google envisage de rendre disponible à l’achat des objets apparaissant dans la vidéo de vidéastes. On imagine que les YouTubeurs seraient alors triés sur le volet, et la société s’octroierait une petite commission – mais tout ne reste que supposition. YouTube, comme expliqué précédemment, propose déjà cette fonction à l’essai pour certains créateurs avec des vêtements.

Ainsi, à titre d’exemple, un fan de Squeezie pourrait cliquer sur le sweat de sa marque Yoko, portée dans une vidéo, pour l’ajouter à son panier et passer à la caisse. Sans oublier qu’un utilisateur peut également se procurer les objets présentés par un vidéaste dont il apprécie le contenu gravitant autour de l’achat de produits recommandés, comme la beauté, les smartphones, les compléments alimentaires, etc.

Google semble donc prêt à se faire une place sur le marché du e-commerce, et veut se reposer sur sa meilleure arme, YouTube. Avec deux milliards d’utilisateurs, des millions de fans pour certains gros YouTubeur, la firme de Mountain View a de quoi tenter le coup. Reste à savoir si les utilisateurs seront au rendez-vous. Google s’est plusieurs fois planté dans le passé, notamment avec Google+, son réseau social. Sans oublier un Stadia, service de cloud gaming, qui peine à convaincre.