Zefty, pour responsabiliser vos enfants…

L’école, le collège, le lycée ou l’université ne préparent pas nos enfants à affronter la vie. En même temps, ce n’est pas leur boulot donc on ne va pas leur en tenir rigueur. Seulement, lorsqu’on doit apprendre à gérer un budget pour la première fois, ce n’est pas toujours facile. Et l’objectif de Zefty, c’est justement d’essayer de corriger le tir…

Les enfants n’accordent aucune valeur à l’argent, c’est bien connu. En même temps, si ce n’était pas le cas, ce ne serait plus des enfants, hein… Donc voilà, dans leur esprit, l’argent n’est qu’un moyen d’obtenir quelque chose de plus amusant, avec l’accord des parents. Car sur ce dernier point aussi, les enfants n’ont pas la même perception de la réalité que nous. Dans leur esprit, leurs parents sont très très riches. Dans la réalité, ce n’est pas toujours le cas.

Bref, tout ça pour vous dire que l’objectif de Zefty est d’apprendre aux enfants à gérer un budget. Les parents s’inscrivent, inscrivent leur gamin et indiquent simplement le montant (et la fréquence) de l’argent de poche qu’ils lui filent. Et c’est presque tout. Après, c’est en effet à l’enfant de jouer. Une fois identifié, il a la possibilité d’émettre des chèques bidons pour gratter encore plus de billets verts à ses parents ainsi que de calculer le nombre de jours / semaines / mois / années qu’il lui faudra attendre avant de pouvoir s’acheter un produit à « X » euros.

Formidable, non ? Pas vraiment, et on est bien d’accord. Déjà, l’idée de chercher à responsabiliser des enfants me laisse un goût amer dans la bouche mais quand on veut proposer un Money en ligne pour gamins, le minimum c’est de bien faire les choses. Or là, les opérations sont si peu nombreuses qu’elles ne méritent pas qu’on en parle. Zefty ne se hisse même pas au rang de gadget 2.0 et c’est d’autant plus regrettable que le concept avait un fort potentiel.

Mais c’est aussi ça, le web 2.0 : des services parfois inutiles, dont on entend parler quelques jours avant qu’ils ne disparaissent dans les méandres de la toile.

Mots-clés insoliteweb 2.0