Zenimax colle un procès à Samsung pour son Gear VR

On ne pourra pas reprocher à Zenimax de ne pas savoir défendre son bout de gras. Après avoir remporté son procès contre Facebook et sa filiale Oculus pour violation de copyright en février dernier, la firme spécialisée dans le jeu vidéo intente à présent une nouvelle action en justice, cette fois à l’encontre du géant coréen Samsung.

La pomme de discorde ? Pratiquement la même que pour la précédente affaire : l’usage abusif de technologies mises au point pour Zenimax, mais cette fois en vue de créer un certain Gear VR badgé “Powered by Oculus”. Une mention qui – compte tenu du contexte actuel – est à elle seule une perche tendue à Zenimax pour déposer une nouvelle plainte.

Samsung-Gear-VR

Après avoir remporté son procès contre Facebook et Oculus, Zenimax attaque désormais Samsung pour son Gear VR. Le tout pour des raisons tout à fait similaires.

S’il est difficile de prévoir quel sera le verdict de ce nouveau procès, force est de reconnaître que Zenimax a – cette fois aussi – des arguments à mettre en avant, en commençant par le rôle trouble de John Carmack dans les deux affaires. Toujours officiellement employé de Zenimax, Carmack avait fait profiter à Oculus (son futur employeur) d’un certain nombre de ses travaux en matière de VR. Travaux dont la propriété intellectuelle revenait légalement à la firme de Rockville.

Le Gear VR de Samsung conçu main dans la main avec Oculus…

C’était une belle accroche commerciale, mais cet argument risque fort se retourner contre Samsung en ce printemps 2017…

L’effet retour de flamme pourrait effectivement être violent pour la firme sud-coréenne accusée par Zenimax d’avoir indirectement usé des précieux travaux de John Carmack – au travers de son partenariat avec Oculus  – pour concevoir son Gear VR ; au même titre qu’Oculus en avait fait usage pour créer son Rift.

D’après les documents transmis à la cour par les avocats de Zenimax, les pontes de la firme auraient même de quoi prouver que Carmack travaillait techniquement toujours pour eux lorsque Samsung créait son Gear VR, en partie grâce aux compétences de ce dernier.

En mars dernier, John Carmack a pour sa part décidé d’intenter un procès à Zenimax de manière indépendante, réclamant 22.5 millions de dollars à la société. Une somme qui lui serait toujours due, suite au rachat de son studio (ID Software) par Zenimax en 2009.

Quoi qu’il en soit, ces nombreux procès sont une publicité dont la réalité virtuelle se passerait bien, elle qui peine toujours à décoller de manière significative en termes de ventes…

Crédit illustration