Zimbabwe : Des éléphants et de nombreux autres animaux sauvages sont morts à cause de la sécheresse

Chaque année, à cette période de l’année, le Parc National de Mana Pools au Zimbabwe connaît un temps chaud et sec. Cette année, la situation est beaucoup plus inquiétante à cause des faibles pluies de l’année dernière. Affaiblis par le manque de nourriture et d’eau, de nombreux animaux sauvages comme les éléphants et les buffles succombent.

En général, les animaux du parc boivent dans quatre bassins d’eau qui devraient normalement être remplis par le fleuve Zambèze durant la saison des pluies. À cause des fortes chaleurs, les bassins se sont asséchés et de nombreuses espèces sauvages ont quitté les parcs du Zimbabwe pour trouver de l’eau et de la nourriture dans les communautés voisines.

Crédits Pixabay

Bien que les pluies saisonnières soient prévues pour bientôt, la sécheresse a déjà tué un grand nombre d’animaux. Pour les éléphants par exemple, on a déjà compté 105 morts au cours des deux derniers mois dans les réserves du Zimbabwe telles que Mana et Hwange.

Les impacts de la sécheresse sur les espèces du parc

Selon les autorités, les animaux de Mana Pools sont pour la plupart confinés sur des  plaines dénudées. La température dans ces zones peut monter jusqu’à 45 ° C. Les sources d’eau se sont ainsi transformées en pièges mortels pour les animaux comme les éléphants et les buffles qui veulent atteindre les étangs boueux.

Le Long Pool fait partie des derniers points d’eau existant dans le Parc National de Mana Pools. En essayant de s’y rendre, de nombreux animaux se sont enlisés dans la vase. Même si les gardes forestiers ont réussi à en faire sortir  certains, beaucoup n’ont pas survécu après s’être fait attaquer par des prédateurs affamés.

A part le Long Pool, le parc dispose de trois autres sources d’eau, mais deux d’entre elles sont totalement asséchées tandis que la troisième ne contient plus que 20 à 30 % de sa capacité habituelle.

Une « conservation manipulatrice » pour sauver les animaux

Munyaradzi Dzoro, agent chargé de la vie sauvage au sein des parcs nationaux, a déclaré qu’ils avaient l’habitude de dire que la nature devait suivre son cours. Cependant, ils sont maintenant obligés d’intervenir, car ils ne savent pas quand et comment seront les prochaines pluies. « Pour éviter de perdre des animaux, nous devons intervenir pour maintenir la taille de la population » a-t-il indiqué.

Le projet Feed Mana consiste à nourrir les animaux avec du foin que des camions et des tracteurs acheminent à divers endroits dans le parc. Jusqu’à maintenant, 14 000 balles de foin ont été distribuées. Selon Mel Hood, participante au projet Feed Mana, cette action pourrait ne pas être suffisante pour régler le problème de la faim, mais cela offre aux animaux une chance de survie en attendant l’amélioration des conditions.

Un appel urgent pour des dons a également été lancé pour appuyer le projet. Parmi les produits recherchés, il y a par exemple le foin de soja ou encore les cubes constitués de céréales nutritives et de mélasse.

Mots-clés animauxsécheresse