Zut, on ne peut plus vendre des armes sur Facebook

A la base, Facebook a été créé pour rapprocher les gens entre eux mais la plateforme a très vite été détournée de son utilisation première. Elle est ainsi utilisée par les marques pour faire la promotion de leurs produits, ou même par les médias pour trouver de nouveaux lecteurs. Certains utilisateurs vont encore plus loin en utilisant le service pour… vendre des armes.

Mais voilà, depuis que Mark Zuckerberg est devenu papa, il ne pense qu’à répandre l’amour et la paix sur le monde. Du coup, il a demandé à ses avocats de revoir les conditions d’utilisation du service.

Armes Facebook

Les particuliers n’ont plus le droit de vendre des armes sur Facebook.

A présent, Facebook va donc bannir tous les particuliers qui utilisent le service pour vendre des armes. Même chose pour Instagram.

Facebook ne veut plus que les particuliers utilisent la plateforme pour vendre des armes

Attention cependant car cette mesure ne concerne pas les commerçants et les boutiques possédant une licence pour vendre des armes. Ils pourront effectivement continuer à présenter leur catalogue à tous les utilisateurs du service.

Cette décision a été applaudie par tous les militants luttant contre la vente d’armes, bien sûr, et cela peut aisément se comprendre. Les particuliers ne sont pas toujours très regardants sur les antécédents des acheteurs, contrairement aux professionnels qui sont censés procéder à des vérifications poussées avant d’écouler leurs AK47 et leurs grenades à fragmentation.

Il faut tout de même préciser que ce n’est pas la première fois que Facebook prend de telles mesures.

L’entreprise a défini des règles très spécifiques pour pas mal de produits sensibles et notamment pour les médicaments ou pour les drogues, douces ou dures.

Facebook applique des règles très strictes, mais pas toujours justes

Même chose pour la nature des publications partagées sur le service, d’ailleurs. Facebook interdit effectivement tous les contenus choquants.

Le problème, bien sûr, c’est qu’il a une drôle de définition du terme et nous en avons encore eu l’exemple récemment avec cette photo publiée par une femme atteinte d’un cancer du sein.

Dans les faits, bien sûr, cela ne va pas changer grand chose puisque les particuliers pourront toujours aller vendre leurs flingues sur d’autres plateformes, ou même passer directement par les services disponibles sur le darknet.

Rappelons pour la forme que Barack Obama lui-même a tiré la sonnette d’alarme au début de l’année. Le président a même dévoilé plusieurs mesures pour mieux encadrer et pour mieux contrôler la vente d’armes.

Facebook aura donc attendu le bon moment pour modifier ses conditions d’utilisation…

Mots-clés facebookweb